La Russie veut sa part de gâteau de l’Afrique

0

Carrefour civilisationnel  entre l’Europe et l’Asie, la ville de Sotchi, situé à 1 360 km au sud de Moscou, va abriter  du 23 au 24 octobre,  le premier  forum russe-Afrique.

À l’image de  la Chine, premier partenaire commercial de l’Afrique, la Russie cherche à se positionner sur le continent africain. Rien n’est moins évident au vu de la concurrence. 

Le sommet de Sotchi  s’inscrit en soi dans une vision et des prétentions. Moscou veut présenter son agenda à ses invités, personnalités politiques et économiques de premier rang.  Un ratio important de chefs d’états  africains (87%, soit 47  sur les 54 pays)  prendront part à ce rendez-vous décisif.

Sur  plus de 30 sessions plénières, les acteurs  vont  discuter  sur les  questions touchant le développement des échanges dans les domaines politique, économique, humanitaire, culturel.

Pour  Anton Kobiakov, conseiller  du président de la Fédération de Russie et secrétaire général du Comité d’organisation du Forum, cet évènement aura pour effet majeur de créer une véritable synergie d’ensemble afin de fructifier la coopération russo-africaine.

Ainsi, 30 ans après la chute du mur de Berlin, Moscou qui avait délaissé le continent, veut y revenir en force comme du reste elle est entrain de le faire partout dans le monde, sur les traces de la splendeur passée de l’Union Soviétique.

Ce sommet sera organisé  par la Russie de concert avec la Banque africaine d’import-export (Afreximbank).

Une première initiative du genre  entre  l’état fédéral et l’Afrique  à la recherche de  nouveaux partenaires commerciaux.

L’appétit russe est stimulé il va sans dire par la  Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), qui comptera  2,5 milliards de  personnes  à l’horizon 2050, soit 26 % de la population mondiale.

Selon les statistiques officielles, les échanges commerciaux entre l’Afrique et la Russie  ont progressé de 17, 2 % en 2018, soit  20 milliard de dollars l’année écoulée  contre 17 milliard en 2017.

Si l’on se fie aux chiffres, les exportations russes vers le continent noir ont atteint 17,5 milliards de dollars tandis que les exportations africaines vers la Russie se sont chiffrées à 2,9 milliards de  dollars.

En 2017, les  principaux partenaires commerciaux de  Moscou sur le continent africain ont été l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Egypte, le Kenya, la Côte d’Ivoire, le Maroc, le Nigeria, le Soudan, la Tunisie et le Sénégal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here