Nigéria : la Banque centrale inflige une sanction pécuniaire de 1,3 milliard de dollars à 12 banques

0

Après avoir  adressée un ultimatum  de 3 mois (de juillet à septembre)  aux banques commerciales, la Banque centrale du Nigéria (BCN) a décidé de monter au créneau pour  infliger des  sanctions pécuniaires.

L’institution a exigé à ce que les banques  prêtent  au moins 60% de leurs dépôts aux agents économiques notamment  aux agriculteurs, aux PME et aux consommateurs.

Dans un communiqué parvenu à la presse, jeudi 3 octobre,  la BCN   a indiqué qu’elle envisage  de facturer un montant  de plus de 400 milliards de nairas (1,3 milliard de dollars)  à 12 établissements bancaires de la place.

La banque des banques a fait savoir qu’elle va rencontrer  le régulateur du système bancaire nigérian  pour  échanger sur cette question.

Selon des sources  internes (BCN) ,  des établissements  tel que Citibank  ,  Standard Chartered Bank , Zenith Bank, Guaranty Trust Bank, First Bank et United Bank for Africa , sont  concernés  par  cette mesure .

« les prêts avaient augmenté de 5,3% au cours des trois mois précédant la fin du mois de septembre, pour atteindre 16 40 milliards de nairas, en raison de la nouvelle exigence minimale et de la hausse du ratio de prêt cible, dans le but de maintenir l’élan » ,  a révélé la banque centrale.

Et d’ajouter, «  au cours des derniers mois, le régulateur a également limité les dépôts portant intérêt à la banque centrale et interdit aux banques d’acheter des bons du Trésor pour leurs propres comptes lors d’une vente aux enchères sur le marché libre, afin de stimuler les prêts ».

Selon les prévisions de  la BCN, l’économie nigériane devrait se redresser en 2019 et le produit intérieur brut (PIB)  devrait progresser de près de 3%, contre 1,9% l’an dernier.

L’économie nigériane est secouée par une récession depuis  quelque temps  mais la BCN  mène une politique de l’escompte (baisse des taux directeurs…) pour  relancer l’activité économique .Et du coup accompagner  les objectifs de croissance et du haut niveau de l’emploi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here