Les Banques Centrales de la CEDEAO font le point sur la monnaie unique

0
La 53e réunion ordinaire du Comité des gouverneurs des banques centrales des pays membres de la Communauté économique des États membres de l`Afrique de l`Ouest (CEDEAO) intervient à une année de la monnaie unique.

A Dakar, le 21 février 2019, les gouverneurs des banques centrales des pays membres de la CEDEAO ont fait le point sur l’état d’avancement du projet de création de la monnaie unique. Cette 53ème réunion ordinaire du comité des gouverneurs a réuni banquiers, monétaristes et divers experts sur des questions relatives à la future monnaie devant avoir cours dans cet espace riche de plus de 300 millions de consommateurs.

En ce qui la concerne, la BCEAO, à travers  l’Agence Monétaire  de l’Afrique de l’Ouest (AMAO), est  plus que déterminée à mettre en circulation  la monnaie unique  d’ici 2020 au plus tard.

L’assemblée de Dakar avait pour objet principal d’échanger  sur   la convergence macroéconomique des pays membre de la CEDEAO et le renforcement de l’AMAO afin d’atteindre cet objectif. Lors des assises, les acteurs ont  également  déroulé leur feuille de route dont  les  résultats sont attendus en avril prochain.

Pour le gouverneur de  la BCEAO, Tiémoko Meyliet Koné, l’AMAO se dotera  des ressources humaines et financières afin de réussir sa mission qui consiste à assurer une intégration monétaire dans les pays membres de la CEDEAO, qui souffrent   de déficit  budgétaire et d’inflation non maîtrisée.

En outre, le gouverneur s’est réjoui des avancées réalisées par le groupe de travail constitué de  la Commission de la CEDEAO, la BCEAO, la Banque Centrale du Nigéria et la Banque du Ghana. Le groupe de travail est chargé de  faire des propositions sur le cadre de la politique monétaire, du régime de change et du modèle de la future banque centrale.

Pour rappel  c’est en octobre 2013 que les chefs d’Etats de la CEDEAO ont décidé de donner une nouvelle impulsion au programme d’intégration monétaire en Afrique de l’Ouest.  

À cet effet, ils ont mandaté  quatre  de leurs pairs en l’occurrence les présidents de la Côte d’ivoire, du Ghana, du Niger et du Nigeria pour conduire ce processus au sein de la Task force présidentielle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here