Biogaran, le leader français du générique, se lance en Côte d’Ivoire

1
Emmanuel Le Doeuff, directeur général et Sara Teiar, responsable opérationnel Afrique de l'ouest et centrale de Biogaran

Le leader français des médicaments génériques se lance en Côte d’Ivoire dans le cadre de sa stratégie africaine. Une stratégie qui fait d’Abidjan la rampe de lancement de son ambition sur le continent où le laboratoire cible les régions Afrique de l’ouest et du centre.

Filiale du groupe pharmaceutique Servier, Biogaran qui représente aujourd’hui près de 30% de part du marché du générique en France compte capitaliser sur la réputation de ses produits pour conquérir des marchés africains fortement  concurrentiels où bataillent de grands laboratoires occidentaux, asiatiques et locaux.

« Nous proposons des médicaments conformes aux normes européennes, à des prix abordables et accessibles et qui sont bio-équivalents aux médicaments d’origine garantissant ainsi la même efficacité », a fait valoir Emmanuel Le Doeuff, directeur général et directeur des affaires internationale de Biogaran, ce 24 janvier à Abidjan.

Il a particulièrement insisté sur l’ « accessibilité » des produits proposés qui sont « en moyenne 50% moins chers que les produits originaux » et qui vont contribuer à apporter une réponse efficace à la problématique des médicaments contrefaits et médicaments de la rue, des fléaux qui occasionnent chaque année 100 000 décès en Afrique selon l’OMS.

En Côte d’Ivoire, Biogaran va s’engager dans un premier temps dans des activités de promotion médico-pharmaceutique de ses médicaments génériques qui, grâce aux autorisations de mise en vente permanente délivrées par les autorités sanitaires, seront continuellement disponibles dans les officines. S’en suivra éventuellement l’ouverture d’un bureau à l’horizon 2020 selon la réaction du marché.

L’offre du laboratoire portera dans un premier temps sur des pathologies telles le diabète, l’hypertension artérielle, les infections bactériennes ou de dysfonctions érectiles, « des maladies de plus en plus présentes en Afrique subsaharienne ». Et d’ici 2020, le laboratoire compte proposer pour la première fois un produit contre le paludisme, le temps d’obtenir les autorisations nécessaires.

Après la Côte d’Ivoire, Biogaran cible 14 pays francophones d’Afrique de l’ouest et du centre, le Congo, le Gabon, le Sénégal et le Mali devant être les prochains marchés d’implantation d’ici la fin de l’année.

Avec une gamme de plus de 853 références de génériques, Biogaran – qui a effectué sa première opération en Afrique en 2017 avec le rachat du laboratoire de générique Swipha au Nigeria – a commercialisé en 2018 plus de 290 millions de boites de médicaments pour un chiffre d’affaires brut de plus d’un milliard d’euros.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here