Le Groupe Emirates publie ses résultats pour l’exercice 2017-2018

0

Groupe :

 

  • 30ème année consécutive de rentabilité avec un bénéfice de 4,1 milliards AED (1,1 milliard USD)
  • Croissance robuste de l’activité, en ligne avec l’augmentation des capacités ; le chiffre d’affaires passe la barre des 100 milliards AED (27,2 milliards USD)
  • Amélioration de la trésorerie, à 25,4 millions AED (6,9 milliards USD)
  • Dividende de 2,0 milliards AED (545 millions USD) au profit de Investment Corporation of Dubai

 

Emirates :

 

  • Bénéfice de 2,8 milliards AED (762 millions USD), en progression de 124 % par rapport à l’exercice précédent
    • Acquisition nette de neuf nouveaux appareils, portant la capacité offerte à plus de 61 tonnes-kilomètres
    • Chiffre d’affaires en hausse de 9 % à 92,3 milliards AED (25,2 milliards USD), soutenu par le fret

 

dnata :

 

  • Bénéfice record de 1,3 milliard AED (359 millions USD)
    • Chiffre d’affaires record de 13,1 milliards AED (3,6 milliards USD), reflétant la poursuite de l’expansion des activités, l’international représentant dorénavant 68 % du chiffre d’affaires
    • Présence à l’international renforcée par l’acquisition d’activités de manutention au sol aux Amériques ; construction de nouvelles installations et étoffement de l’offre de services des divisions Aéroports, Restauration et Voyages

 

Dubaï, Émirats arabes unis, le 9 mai 2018 – Le groupe Emirates annonce ce jour sa 30ème année consécutive de rentabilité et d’expansion régulière de l’activité.

 

Le bénéfice du Groupe Emirates, tel qu’il ressort du Rapport annuel 2017-2018, publié ce jour, s’inscrit à 4,1 milliards AED (1,1 milliard USD) pour l’exercice clos le 31 mars 2018, en hausse de 67 % par rapport à l’année précédente. Le chiffre d’affaires du Groupe ressort à 102,4 milliards AED (27,9 milliards USD), en progression de 8 % par rapport à l’exercice précédent. La trésorerie du Groupe augmente de 33 % à 25,4 milliards AED (6,9 milliards USD), étayée par l’émission obligataire réalisée en mars et la hausse du chiffre d’affaires, qui bénéficie d’un effet de calendrier, avec l’avancement des vacances de Pâques à la fin du mois de mars.

 

Le bénéfice réalisé a permis au Groupe de déclarer le versement d’un dividende de 2,0 milliards AED (545 millions USD) au profit de la société Investment Corporation of Dubai.

 

Son Altesse le Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Président-Directeur général d’Emirates Airline et du Groupe, a déclaré : « La conjoncture s’est certes améliorée en 2017-2018, mais elle demeure difficile. Instabilité politique, volatilité des taux de change et dévaluations monétaires en Afrique, hausse du pétrole induisant un accroissement des coûts et pressions baissières sur les marges dues à une concurrence acharnée ont émaillé l’exercice. Parmi les facteurs favorables, l’industrie mondiale du fret connaît une reprise robuste et les grandes devises se sont raffermies par rapport au dollar américain.

 

Nous avons toujours répondu aux défis de chaque cycle économique avec agilité, sans jamais perdre de vue l’avenir, et il n’y a pas eu d’exception l’année dernière. En 2017-18, Emirates et dnata ont réalisé leur 30ème exercice bénéficiaire successif, enregistré une croissance dans tous leurs secteurs d’activités et continué d’investir dans les initiatives et les infrastructures garantes de notre réussite future. »

 

En 2017-18, le Groupe a collectivement investi 9,0 milliards AED (2,5 milliards USD) dans l’achat de nouveaux appareils et équipements, l’acquisition de sociétés, la construction d’installations modernes, les technologies les plus récentes et les initiatives en faveur du personnel.

 

Emirates a annoncé deux commandes d’aéronefs importantes au cours de l’exercice : deux protocoles d’accord ont été signés, l’un d’un montant de 15,1 milliards USD pour 40 Boeing 787-10 Dreamliner, à livrer à partir de 2022, et le second, d’un montant de 16 milliards USD, pour 36 nouveaux A380, dont 16 sous option.

 

Les principaux investissements de dnata sur la période ont été les suivants : l’acquisition d’AirLogistix USA, marquant son entrée sur le marché du fret américain, l’expansion des capacités de manutention de fret avec de nouveaux entrepôts et équipements aux aéroports de Londres Gatwick, Amsterdam-Schiphol et Adélaïde, la construction de nouvelles installations de restauration à Dublin et Melbourne, et l’ouverture de nouveaux salons marhaba à Karachi et Melbourne.

 

Le Cheikh Ahmed a ajouté : « Développer nos activités et augmenter notre chiffre d’affaires ne nous a pas empêché de renforcer notre maîtrise stricte des coûts. À l’échelle du Groupe, nous avons poursuivi la mise en œuvre de plusieurs initiatives de restructuration et optimisation de nos opérations de back-office qui ont permis le renouvellement de nos technologies, systèmes et processus. En 2017-18, nous avons ralenti nos recrutements et réorganisé notre façon de travailler, et ainsi gagné en productivité, tout en réduisant l’augmentation de nos frais de personnel. »

 

Grâce aux initiatives d’amélioration de la productivité globale mises en œuvre par Emirates et dnata, l’effectif total des 80 filiales et plus que compte le Groupe a diminué de 2 % à 103 363 personnes, représentant plus de 160 nationalités différentes.

 

Le Cheikh Ahmed a conclu : « Emirates et dnata réitèrent pour l’avenir leur engagement de fournir à nos clients des services sûrs, efficients et de haute qualité. La poursuite de nos investissements en ressources humaines, technologies et infrastructures contribuera au maintien de notre avantage compétitif et à nous donner les moyens de relever les opportunités et maintenir le cap d’une croissance rentable et durable. »

 

Performance d’Emirates

Les capacités totales d’Emirates en termes de transport de passagers et de fret ont franchi la barre des 61 tonnes, à 61,4 tonnes-kilomètres offertes (TKO) à la clôture de l’exercice 2017-2018, confortant sa position de compagnie aérienne internationale la plus importante au monde. La compagnie a augmenté modérément ses capacités au cours de l’exercice 2017-2018, de 2 %, en ciblant l’amélioration du retour sur investissement.

 

La compagnie aérienne Emirates a pris livraison de 17 nouveaux appareils, après le chiffre record de l’exercice précédent, dont huit A380 et neuf Boeing 777-300ER. Sur la même période, huit appareils plus anciens ont été retirés du service, portant l’ensemble de la flotte à 268 aéronefs au 31 mars 2018. Ce rajeunissement portant sur 25 appareils est à nouveau l’un des plus importants entrepris sur un exercice. Il a permis de conserver à la flotte d’Emirates un âge moyen très jeune, de 5,7 années.

 

La stratégie d’Emirates consiste en effet à exploiter une flotte jeune et moderne pour une meilleure protection de l’environnement, ainsi que dans l’intérêt de l’activité du groupe et de ses clients. La compagnie aérienne demeure le premier exploitant mondial de Boeing 777 et d’A380, les deux gros porteurs parmi les plus modernes et les plus efficaces au monde aujourd’hui.

 

Au cours de l’exercice, Emirates a inauguré deux nouvelles destinations pour les passagers : Phnom Penh (Cambodge) et Zagreb (Croatie). La compagnie a également augmenté les capacités de ses liaisons vers 15 destinations existantes, proposant à ses clients davantage de choix horaires et de correspondances.

 

Emirates a par ailleurs développé sa connectivité mondiale et son offre commerciale grâce à des partenariats stratégiques. Au cours de l’exercice 2017-18, Emirates a signé des partenariats importants avec flydubai d’une part et avec Cargolux d’autre part, ce qui lui a permis de multiplier les choix proposés à ses passagers dans le premier cas et aux utilisateurs de ses services de fret, dans le second. Emirates a également reçu l’autorisation de prolonger son partenariat avec Qantas jusqu’en 2023.

 

Malgré l’impact défavorable des évolutions politiques sur la demande de voyages et les ajustements tarifaires dus à une vive concurrence, Emirates est parvenu à développer son chiffre d’affaires, qui s’établit à 92,3 milliards AED (25,2 milliards USD). L’affaiblissement du dollar américain face aux devises de la plupart des marchés clés d’Emirates a eu un impact favorable, pour la première fois depuis plusieurs années, de 661 millions AED (180 millions USD) sur le résultat net de la compagnie.

 

Les charges d’exploitation totales ont augmenté de 7 % par rapport à l’exercice 2016-2017. Le prix moyen du kérosène a connu une forte hausse, de 15 %, au cours de l’exercice. Avec l’augmentation de 3 % des quantités embarquées, en ligne avec l’accroissement des capacités, la facture de kérosène de la compagnie s’est alourdie considérablement, de 18 % par rapport à l’exercice précédent, à 24,7 milliards AED (6,7 milliards USD). Le carburant représente désormais 28 % des charges d’exploitation, contre 25 % en 2016-2017, et il demeure le premier poste de coûts de la compagnie.

 

La compagnie a su faire face aux fortes pressions de la concurrence sur tous les marchés et a conforté sa rentabilité, enregistrant un bénéfice de 2,8 milliards AED (762 millions USD), en hausse de 124 % par rapport à l’exercice précédent, et une marge bénéficiaire de 3,0 %

 

La poursuite de la croissance globale du trafic passager continue de démonter l’attrait qu’exercent les appareils d’Emirates, à la pointe de la technologie, ainsi que l’efficacité de son réseau de liaisons aériennes à partir de son hub de Dubaï.

 

La compagnie Emirates a transporté le chiffre record de 58,5 millions de passagers (en hausse de 4 %) et atteint un coefficient d’occupation moyen de 77,5 %. L’amélioration de ce coefficient par rapport au chiffre de 75,1 %, enregistré l’année dernière, est le fruit d’une gestion efficace des capacités en réponse aux incertitudes politiques et à une vive concurrence sur de nombreux marchés, malgré une progression modérée (2 %) de la capacité offerte.

 

Soutenu par la dépréciation du dollar américain par rapport à la plupart des devises, le rendement par passager-kilomètre transporté (PKT) a reculé à 25,3 fils (6,9 cents).

 

Pour financer la croissance de sa flotte, eu égard au rythme soutenu des livraisons de nouveaux appareils, au cours de l’exercice, Emirates a levé un montant de 17,9 milliards AED (4,9 milliards USD) en recourant à plusieurs structures de financement. La compagnie a notamment émis en mars une obligation islamique sukuk de 600 millions USD pour financer l’acquisition de deux A380 devant être livrés en 2018.

 

Emirates a continué à avoir recours au marché des financements structurés japonais dans le cadre de plusieurs émissions d’emprunts avec la participation d’une grande diversité d’établissements, de Chine, de France, du Royaume-Uni et du Japon. Cette source de financement lui a permis de lever plus de 3,7 milliards AED (1 milliard USD) au cours de l’exercice. La compagnie a par ailleurs refinancé un prêt relais commercial d’un montant de 3,8 milliards AED (1,0 milliard USD) qui n’était pas éligible à la garantie de l’Agence de crédit à l’exportation (Export Credit Agency ou ECA), grâce à un mécanisme innovant de location financière de cinq A380-800, qui lui a permis de lever des fonds auprès d’investisseurs institutionnels et d’établissements bancaires de Corée, d’Allemagne, du Royaume-Uni et du Moyen-Orient.

 

Ces opérations s’inscrivent dans la stratégie de financement d’Emirates et démontrent sa capacité à faire appel à des financements divers grâce à son accès aux liquidités internationales. Elles témoignent en outre de la bonne santé financière du Groupe et de la confiance des investisseurs dans le modèle économique de la compagnie.

 

Les avoirs de trésorerie d’Emirates s’établissaient, à la clôture de l’exercice à 20,4 milliards AED (5,6 milliards USD), soit un niveau confortable et en progression par rapport à l’exercice précédent.

 

Le chiffre d’affaires réalisé dans les six régions d’Emirates reste réparti de manière équilibrée, aucune d’entre elles ne représentant plus de 30 % du chiffre d’affaires total. L’Europe apporte la plus forte contribution au chiffre d’affaires, avec 26,7 milliards AED (7,3 milliards USD), en hausse de 12 % par rapport à l’exercice 2016-2017. L’Asie de l’Est et l’Australasie suivent de près, avec 25,4 milliards AED (6,9 milliards USD), en progression de 12 %. La région Amériques enregistre une croissance du chiffre d’affaires de 7 %, à 13,4 milliards AED (3,7 milliards USD). Le chiffre d’affaires des pays du Golfe et du Moyen-Orient a reculé de 2 % à 8,5 milliards AED (2,3 milliards USD), tandis que celui de l’Afrique a augmenté de 8 % à 9,4 milliards AED (2,6 milliards USD). Enfin, celui de la région Asie de l’Ouest/océan Indien s’inscrit en hausse de 5 % à 7,8 milliards AED (2,1 milliards USD).

 

Tout au long de l’exercice, Emirates a introduit des améliorations dans son offre de produits et de services à bord et au sol.

 

Il convient notamment de citer : le lancement d’une suite entièrement close en Première classe et la rénovation des cabines de Classes affaires et économie des 777-300ER, la nouvelle disposition des sièges de Classe affaires à bord des 777-200LR, qui sont désormais plus grands et groupés par deux (2-2-2), et le rafraîchissement des salons de bord, très fréquentés, des A380 d’Emirates.

 

Au sol, Emirates a créé à Boston un nouveau salon dédié à ses passagers Premium et voyageurs réguliers, rajeuni les salons existants de Singapour et Bangkok, et achevé la rénovation, pour un montant de 11 millions USD, de son salon d’attente (Concourse B) à l’aéroport international de Dubaï.

 

Emirates a par ailleurs investi dans de nouvelles technologies et multiplié les canaux pour améliorer et personnaliser encore davantage ses services clients en ligne, sur téléphone portable, et dans ses points de vente et de contact.

 

Pour 2018-2019, Emirates a annoncé de nouvelles liaisons vers Londres Stansted, Santiago du Chili et Edimbourg (Ecosse) et l’ajout d’un vol entre Dubaï et Auckland avec escale à Bali, outre des augmentations de capacités vers des destinations déjà desservies.

 

Emirates SkyCargo réalise un bon exercice sur un marché en reprise, et continue de jouer un rôle à part entière dans la croissance de l’activité de la compagnie, en générant 14 % du chiffre d’affaires total de cette dernière dans le transport.

 

Sur un marché du fret aérien qui se caractérise par une évolution rapide de la structure de la demande, la division de fret d’Emirates a publié un chiffre d’affaires de 12,4 milliards AED (3,4 milliards USD), soit une hausse impressionnante de 17 % par rapport à l’exercice précédent, tandis que les volumes transportés ont progressé légèrement (2 %) pour atteindre 2,6 millions de tonnes.

 

Cette année, le rendement du fret mesuré en tonnes-kilomètres (FTKM) a augmenté de 14 %, reflétant une conjoncture très favorable dans le secteur, et l’affaiblissement de l’USD face aux principales devises.

 

La flotte totale d’avions-cargos Emirates SkyCargo se compose de 13 Boeing 777F. Outre les capacités de fret dans la soute ventrale des appareils de passagers desservant les nouvelles destinations de la compagnie, Emirates SkyCargo a lancé de nouveaux services de transport de marchandises vers Maastricht (Pays-Bas), Luxembourg et Aguadilla (Porto Rico).

 

Emirates SkyCargo a continué de développer des produits innovants, taillés sur mesure pour les principaux segments du marché. En novembre, la société a signé un protocole d’accord avec Dubai CommerCity pour la mise en œuvre de nouvelles solutions destinées au commerce en ligne, utilisant Dubaï comme hub.

 

Au cours de l’exercice, Emirates SkyCargo a lancé Emirates Fresh, une offre spécialement conçue pour les denrées périssables comme les fleurs coupées, les fruits et les légumes.  Pour les produits pharmaceutiques sensibles aux variations thermiques, Emirates SkyCargo a inauguré un programme spécial garantissant l’intégrité de la chaîne du froid, et s’est associé avec DuPont pour le lancement de White Cover Xtreme, une solution de couverture thermale de prochaine génération pour la protection du fret thermosensible.

 

La division Hôtellerie d’Emirates a enregistré un chiffre d’affaires de 746 millions AED (203 millions USD), représentant une hausse modeste (1 %) par rapport à l’exercice précédent, sur un marché très compétitif principalement aux Émirats arabes unis.

 

Performance de dnata

En 59 ans d’existence, l’exercice 2017-2018 fut le plus rentable de l’histoire de dnata, qui enregistre pour la première fois un bénéfice supérieur à 1,3 milliard AED (359 millions USD). Confortant la robuste performance de l’exercice précédent, le chiffre d’affaires de dnata s’est inscrit à 13,1 milliards AED (3,6 milliards USD), en hausse de 7 %. dnata réalise désormais 68 % de son chiffre d’affaires à l’international.

 

Cette forte augmentation du chiffre d’affaires est à mettre au crédit de la croissance interne, avec la signature des contrats majeurs et un taux de reconduction élevé parmi les clients existants pour l’ensemble des quatre divisions, et aux acquisitions réalisées au cours de l’exercice précédent.

 

dnata a continué de poser les jalons de sa croissance future en investissant 600 millions AED en nouvelles installations et équipements nouveaux, acquisitions, technologies de pointe, et dans le développement de ses collaborateurs.

 

L’une des initiatives clés de 2017-18 concerne la décision de déployer un nouveau progiciel de gestion qui transformera les fonctions supports et fournira des informations en temps réel qui amélioreront les processus de prise de décisions, gouvernance, efficience et économies d’échelle pour pérenniser la croissance et l’expansion.

 

En 2017-2018, les charges d’exploitation de dnata ont augmenté en conséquence de 8 % à 11,9 milliards AED (3,2 milliards USD), reflétant l’impact de la croissance interne dans l’ensemble des segments d’activité, ainsi que l’intégration des sociétés récemment rachetées, en particulier dans les activités aéroportuaires à l’international.

 

La trésorerie de dnata atteint 4,9 milliards AED (1,3 milliard USD), représentant un nouveau record. Les flux de trésorerie issus de l’exploitation s’inscrivent à 1,9 milliard AED (506 millions USD) en 2017-18, ce qui constitue aussi un nouveau record, au même titre que l’amélioration de la trésorerie.

 

Le chiffre d’affaires des activités de dnata dans les aéroports des Émirats Arabes Unis, services aéroportuaires et de manutention de fret inclus, a progressé de 4 % pour atteindre 3,2 milliards AED (859 millions USD).

 

Le nombre d’appareils pris en charge par dnata aux Émirats arabes unis a diminué de 2 % à 211 000 aéronefs, sous l’impact de la situation géopolitique dans la zone, tandis que les volumes de fret manutentionné ont augmenté de 2 %, à 731 000 tonnes, soutenus par le dynamisme du marché global du fret.

 

Outre les fruits réguliers des initiatives lancées en 2014 pour optimiser ses opérations, y compris l’amélioration des installations, l’évolution des procédures, la modernisation des infrastructures et le déploiement des systèmes informatiques, dnata a également testé avec succès la technologie blockchain pour rationaliser et simplifier encore davantage ses processus de livraison de fret de bout en bout.

 

Le chiffre d’affaires des activités de dnata dans les aéroports internationaux a progressé de 14 % à 3,8 milliards AED (1,0 milliard USD), grâce à l’augmentation des volumes d’activité, l’ouverture de nouvelles implantations et l’obtention de nouveaux contrats.

 

Les activités dans les aéroports internationaux demeurent le principal segment d’activité de dnata par la contribution au chiffre d’affaires. Le nombre d’appareils pris en charge par la division continue d’augmenter à un rythme soutenu, de 10 %, à 449 000 aéronefs, et le Fret enregistre une croissance substantielle, de 10 %, à 2,4 millions de tonnes de marchandises manutentionnées.

 

Les normes de qualité strictes de dnata continuent d’attirer de nouveaux clients, avec plus de 90 contrats signés ou renouvelés sur la durée de l’exercice.

 

dnata a, cette année, réalisé d’importants investissements qui lui ont permis d’accroître ses capacités et sa présence à l’international. En mai, dnata a fait son entrée sur le marché du fret aux Etats-Unis avec l’acquisition de AirLogistix USA. Cette acquisition comprend des équipements de pointe de manutention de fret à Houston et Dallas Fort-Worth. dnata a également étoffé son potentiel de manutention de fret à Gatwick, ouvert un entrepôt supplémentaire de fret à Schiphol, et de nouveaux équipements de prise en charge du fret sont entrés en service à Adelaïde.
Aux États-Unis, dnata a obtenu une nouvelle licence pour les services de manutention au sol au Terminal 4 de John F. Kennedy International Airport (JFK), et initié ses opérations au Terminal 8 de JFK. À Singapour, dnata a démarré ses activités au nouveau terminal 4 de Singapore Changi Airport, et ouvert une nouvelle base de maintenance pour le matériel des services au sol.

 

L’activité de Restauration de dnata contribue au chiffre d’affaires total à hauteur de 2,1 milliards AED (585 millions USD), en progression de 7 %. Le nombre de repas servis à bord a dépassé les 55 millions.

 

dnata a ouvert un service de restauration dernier-cri à l’aéroport de Melbourne, la plus grande infrastructure de ce type dans l’hémisphère sud, et une deuxième cuisine en Irlande à l’aéroport de Dublin. Il a également fait son entrée sur le marché canadien en obtenant la licence pour la fourniture des services de restauration à bord aux compagnies au départ de Vancouver International Airport, où il projette la création d’un service de restauration dédié.

 

dnata a renforcé sa présence sur le marché nord-américain avec l’acquisition en mars de 121 in-flight catering, un traiteur spécialisé dans le haut de gamme et la restauration à bord, dont le siège est à New York. Cette acquisition attend l’accord du Committee of Foreign Investments in the United States (CFIUS). En avril 2018, dnata a annoncé l’acquisition de l’activité Restauration de Qantas, soumise à l’agrément de la Australian Competition and Consumer Commission.

 

Les ventes de la division Organisation de voyages de dnata ont connu un retournement avec une augmentation l’an dernier de 8 % à 3,4 milliards AED (922 millions USD). La valeur totale sous-jacente de la transaction (TTV) des services aux voyageurs cédés a augmenté de 6 % à 11,3 milliards AED (3,1 milliards USD).

 

Cette solide performance a bénéficié de la capacité de dnata de profiter du rebond du tourisme en provenance du et vers le Moyen-Orient, de l’augmentation soutenue de la demande pour les voyages long-courriers et les réservations de croisières en Europe et Australie.

 

En 2017-18, dnata a finalisé son acquisition d’une participation dans Destination Asia, société leader dans les voyages en Asie et présente dans 11 pays d’Asie, faisant à cette occasion son entrée sur le marché des voyages en Asie du Sud-Est. Ses activités Imagine Cruising établies au Royaume-Uni, réalisent un bon premier exercice en Australie, marqué par l’acquisition de Holiday Planet, un voyagiste leader à Perth, véritable coup d’accélérateur à la croissance sur ce marché.

 

Au cours de l’exercice écoulé, dnata a investi dans la technologie pour fournir une meilleure fonctionnalité et un meilleur service à ses partenaires et clients. Ceci comprend la création de deux systèmes de réservation de voyage pour Emirates Holidays et les activités Voyage B2B de dnata, en remplacement des systèmes existants.

 

Le Rapport Annuel 2017-18 complet du Groupe Emirates – y compris Emirates, dnata et leurs filiales – est disponible sur : www.theemiratesgroup.com/annualreport

 

 

Les données en US$ sont converties au taux de 1US$ = 3,67AED et sont établies sur la base des chiffres AED avant arrondi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here