Conversations avec Abderrahim Laglaoui: “El Jadida aspire aux premiers rôles dans l’économie marocaine “

0
Pour moi, faire d’El Jadida une passerelle linguistique  entre l’Afrique et l’Allemagne est  un challenge qu’il faut gagner.

 

Par Dia El Hadji Ibrahima, envoyé spécial.

Abderrahim Laglaoui est originaire  d’Azemmour, cité historique marocaine  où l’océan et l’eau douce se croisent quelque part. Parti  très tôt en Allemagne,  l’enfant prodigue est de  retour   après 25 ans d’immersion.  Revenu au pays, précisément à El Jadida,   pour implanter un centre de langue allemande afin, déclare-t-il,  de mieux contribuer aux échanges économiques et culturels entre son pays d’origine et son pays d’accueil,  Laglaoui est un partisan de la symbiose des cultures, du gothique à l’arabesque en passant par le soudanais : « Mon amour pour les langues vient d’Allemagne où j’avais un commerce juste à côté d’une grande école de renommée mondiale qui enseigne la langue Allemande. On croisait beaucoup de nationalités venues de tous les coins du monde et principalement de l’Afrique. De là, je me suis dis pourquoi ne pas implanter un grand centre de langue au Maroc,  qui sera agréé par les autorités et les grandes écoles Allemandes. Nous comptons aussi développer dans ce centre l’enseignement des autres langues comme l’anglais, l’espagnol et les dialectes marocains pour les étrangers résidents au Maroc ». Entretien.


La   cité historique d’El Jadida commence à attirer ces dernières années de grands investisseurs. Parler nous de son potentiel et quelle est  sa contribution  dans l’économie marocaine ?


La ville d’El Jadida  regorge de grandes potentialités en matière d’industrie, d’agriculture et de tourisme. Elle s’est engagée, depuis plusieurs années, dans la voie du décollage économique. Un décollage qui a pris des  dimensions importantes ces dernières années. Les opérateurs économiques sont de plus en plus nombreux à faire confiance aux capacités de la ville. El Jadida est un cas d’école en matière d’attractivité des investissements par rapport aux autres villes de la région et du pays en général. Il faut dire que le lancement  de grands chantiers d’infrastructures  par SM le Roi Mohammed VI  a renforcé la confiance des investisseurs et  ouvert la voie à l’exploitation des opportunités d’investissements et au développement de projets de grande envergure dans cette province. La ville d’El Jadida   aspire aujourd’hui aux  premiers rôles dans le développement économique du pays.

 


Le développement économique d’un pays ou d’une ville suppose avant tout la disponibilité de ressources humaines qualifiées. Qu’en est-il d’El Jadida ?


Effectivement, le facteur humain reste déterminant pour la réussite de tout projet de développement. La qualification des ressources humaines a constitué le principal atout de la croissance économique de la ville d’El Jadida. C’est un facteur essentiel qui a permis à cette cité de plus de 1,5 million d’ habitants de faire face à plusieurs défis économiques, sociaux et environnementaux.

 


A travers la vision de Sa Majesté, le Maroc s’est   beaucoup orienté vers les pays ouest-africains. Quel rôle pourrait jouer El Jadida dans cette expansion ?


Sous l’impulsion du Roi Mohammed VI, l’Afrique est aujourd’hui un pôle prioritaire pour le développement du Maroc, tant sur le plan économique, culturel que spirituel. Du fait de la proximité du plus grand port d’Afrique qu’est Jorf Lasfar, la ville d’El Jadida pourra jouer un rôle déterminant dans les échanges et le développement tant dans le secteur de l’agriculture (phosphates et dérivés) que dans  l’industrie.

 


La ville d’El Jadida est  stratégique sur le plan géographique. Vous  venez d’y  lancer  un projet d’éducation de langue Allemande. De quoi s’agit-il ?


Le centre de langue GOTHI Berlin est une idée de projet qui m’a longtemps habité comme je vous l’ai signalé au départ. Imaginer l’apport en termes de valeurs ajoutées d’un tel centre dans une ville cosmopolite telle qu’El Jadida où nous avons déjà une forte communauté étrangère africaine, européenne et asiatique et qui ne cesse de croître. J’ai toujours adoré la langue allemande et je voudrais partager cette passion avec mes compatriotes et pourquoi pas avec nos frères africains.  Beaucoup d’entre eux aimeraient l’apprendre soit pour le plaisir, soit pour continuer leurs études en Allemagne ou soit pour parfaire leur savoir sachant que l’Allemagne  est un pays  à la pointe de l’innovation. Pour moi, faire d’El Jadida une passerelle linguistique  entre l’Afrique et l’Allemagne est  un challenge qu’il faut gagner.

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here