7841295-12165861

L’exercice 2016 est une année de transformation, de performance au plan opérationnel et de renouvellement institutionnel pour la Banque Africaine de Développement (BAD).

Dans une rétrospective publiée le 30 décembre  sur son portail officiel, la BAD déclare avoir fait des progrès remarquables dans la mise en œuvre de son programme de transformation, à commencer par le lancement du New Deal sur l’énergie pour l’Afrique, ainsi qu’un partenariat transformateur sur l’énergie à l’occasion du Forum économique mondial de Davos, entre autres initiatives.

L’institution panafricaine dit avoir répondu aux besoins de ses clients, notant qu’en 2016, le taux de croissance de l’Afrique a connu une baisse, en raison de la conjoncture économique mondiale. « Face à cette situation, la Banque a apporté une réponse rapide en soutenant certains de ses pays membres les plus importants confrontés à une baisse des cours de produits de base. C’est ainsi que le Conseil d’administration de la BAD a approuvé un programme d’appui budgétaire d’un milliard de dollars US au Nigéria à titre d’exemple », lit-on dans le document.

Selon la BAD, les réalisations dans le domaine agricole se sont traduites en de multiples avantages pour les agriculteurs notamment, des semences améliorées, l’augmentation des superficies irriguées, les technologies durables, et l’accès accru à des marchés et sources de financement.

En 2016, la Banque a joué un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique et sa contribution à faire entendre la voix de l’Afrique, a été à nouveau reconnue cette année, citant la proposition de la direction de la BAD, d’assurer l’administration et la gestion des ressources de l’Initiative pour les énergies renouvelables en Afrique (AREI) et d’héberger l’Unité Indépendante de Prestation de Services de cette nouvelle organisation, répondant ainsi au vœu des chefs d’État et de gouvernement africains, poursuit la même source. L’exercice précédent a permis à la  Banque  de gérer le Pavillon de l’Afrique aux récentes négociations de la COP22 sur le changement climatique tenue à Marrakech en novembre dernier.

La BAD laisse savoir aussi que la fin d’année a été marquée par l’engagement des plénipotentiaires, d’appuyer la transformation structurelle des économies de l’Afrique et les Cinq grandes priorités de la Banque par des concours estimé à 7,06 milliards de dollars US, avant de conclure que ces fonds seront consacrés à des projets et programmes de développement dans les 38 pays à revenus faibles de l’Afrique qui sont soutenus par le Fonds Africain de Développement.