Tenue du 9 au 20 juin 2022, la 15e Conférence des Parties (COP15) de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) a adopté 38 décisions majeures. L’événement qui a réuni 7000 personnes dont des délégations de 196 pays a adopté des mesures capitales  contre la sécheresse et la dégradation des terres.

  • Les 38 décisions portent notamment sur les régimes fonciers, les migrations et le genre, qui renforcent le rôle des terres dans la résolution de crises multiples.
  • Une surveillance et des données solides pour suivre les progrès réalisés par rapport aux engagements de restauration des terres.
  • Un élan politique et financier pour aider les nations à faire face aux effets dévastateurs de la sécheresse et à renforcer leur résilience.
  • Le Programme de l’héritage d’Abidjan, d’un montant de 2,5 milliards de dollars US, permettra de préparer l’avenir des chaînes d’approvisionnement tout en luttant contre la déforestation et le changement climatique.
  • Lancement d’initiatives régionales à l’appui de la Grande Muraille verte dirigée par l’Afrique.
  • Les prochaines réunions de la CNULCD se tiendront en Arabie saoudite, en Mongolie et en Ouzbékistan.

S’exprimant lors de la cérémonie de clôture de la COP15 de la CNULCD, Patrick Achi, Premier ministre de la Côte d’Ivoire, a déclaré : « Chaque génération est confrontée à cette épineuse question de savoir comment répondre aux besoins de production de nos sociétés […] sans détruire nos forêts et nos terres et condamner ainsi l’avenir de ceux pour lesquelles nous travaillons. »

Lors d’une conférence de presse, Alain-Richard Donwahi, président de la COP15, a souligné que c’était la première fois que la Côte d’Ivoire accueillait une COP pour l’une des trois conventions de Rio, et a insisté sur l’engagement continu de son pays à maintenir les questions foncières parmi les priorités de l’agenda international.

Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la CNULCD, a déclaré : « Réunis dans le contexte de multiples défis mondiaux, notamment la pire sécheresse en 40 ans en Afrique de l’Est, ainsi que les crises alimentaires et économiques alimentées par la pandémie actuelle de COVID-19 et les conflits, les pays ont lancé un appel commun sur l’importance de terres saines et productives pour assurer la prospérité future de tous. »

Lors de la conférence de presse, de nouveaux engagements ont été mis en évidence :

  • Accélérer la restauration d’un milliard d’hectares de terres dégradées d’ici 2030 en améliorant la collecte et le suivi des données afin de suivre les progrès accomplis par rapport aux engagements pris en matière de restauration des terres et en établissant un nouveau modèle de partenariat pour les programmes d’investissement intégrés à grande échelle dans les paysages ;
  • Renforcer la résilience face à la sécheresse en identifiant l’expansion des zones arides, en améliorant les politiques nationales et l’alerte précoce, le suivi et l’évaluation, en apprenant et en partageant les connaissances, en établissant des partenariats, en coordonnant les actions et en mobilisant le financement de la sécheresse.
  • Créer un nouveau groupe de travail intergouvernemental sur la sécheresse pour 2022-2024 afin d’examiner les options possibles, y compris les instruments politiques mondiaux et les cadres politiques régionaux, pour soutenir le passage d’une gestion réactive à une gestion proactive de la sécheresse.
  • S’attaquer aux migrations forcées et aux déplacements provoqués par la désertification et la dégradation des terres en créant des opportunités sociales et économiques qui augmentent la résilience rurale et la stabilité des moyens de subsistance, et en mobilisant des ressources, notamment auprès de la diaspora, pour des projets de restauration des terres ;
  • Améliorer l’implication des femmes dans la gestion des terres en tant qu’actrices pour une restauration efficace des terres, en s’attaquant aux défis fonciers auxquelles elles font face et en collectant des données ventilées par genre sur les impacts de la désertification, de la dégradation des terres et de la sécheresse ;
  • Combattre les tempêtes de sable et de poussière et d’autres risques de catastrophes croissantes en concevant et en mettant en œuvre des plans et des politiques, notamment en matière d’alerte précoce et d’évaluation des risques, et en réduisant à la source les causes humaines de ces phénomènes ;
  • Promouvoir des emplois décents lies à la terre pour les jeunes et l’entrepreneuriat des jeunes mais aussi soutenir leur participation au processus de la CNULCD.

Outre les décisions finales, trois déclarations politiques ont été annoncées plus tôt à la COP,

À savoir :

Parmi les autres rapports lancés au cours de la COP15 figurent :

  • « La sécheresse en chiffres 2022« , un recueil de faits et de chiffres liés à la sécheresse, notamment une augmentation de 29 % des sécheresses depuis 2000 et une projection selon laquelle les trois quarts de la population mondiale seront touchés par la sécheresse d’ici 2050 si aucune mesure urgente n’est prise.
  • Un rapport thématique spécial sur l’Afrique australe, publié dans le cadre de la série ‘’Global Land Outlook’’, qui met en garde contre les pressions croissantes exercées sur les terres et les ressources terrestres, exacerbées par l’insécurité des régimes fonciers, l’omniprésence de la pauvreté et les faibles niveaux d’alphabétisation en milieu rural, ce qui accroît les risques pour les populations les plus vulnérables d’Afrique. Un nouveau guide technique qui permet d’élaborer une réponse sur mesure aux problèmes fonciers les plus courants par le biais d’une série de plans nationaux, de cadres juridiques, de stratégies et de programmes d’action visant à lutter contre la dégradation des terres.
  • L’étude sur les impacts différenciés de la désertification, de la dégradation des sols et de la sécheresse sur les femmes et les hommes a révélé que les femmes sont deux fois plus touchées par ces problèmes et que la sécheresse et la dégradation des sols tendent à accroître la charge des soins non rémunérés et du travail domestique que doivent assumer les femmes et les filles.
  • Compendium des tempêtes de sable et de poussière : Informations et conseils pour évaluer et traiter les risques économiques, environnementaux et sanitaires de ces phénomènes croissants.

Également lancé :

  • L’initiative ‘’Business for Land’’ visant à apporter de la visibilité aux engagements pris par les entreprises participantes en faveur de la neutralité de la dégradation des terres, tant dans les chaînes d’approvisionnement que dans les activités de RSE.
  • Le Sahel Sourcing Challenge pour permettre aux communautés en charge de la Grande Muraille Verte d’utiliser la technologie pour suivre les progrès, créer des emplois et commercialiser leurs produits tels que le jus de baobab, l’huile de moringa et le beurre de karité.
  • Droughtland, une nouvelle campagne de sensibilisation publique de la CNULCD qui vise à présenter des solutions et à rallier l’action mondiale contre la sécheresse.  La campagne sera également présentée lors de la Journée Mondiale des Nations unies sur la lutte contre la désertification et la sécheresse (17 juin), organisée cette année par l’Espagne.

La COP15 de la CNULCD est la première conférence des parties des trois conventions de Rio qui se tiennent en 2022, avant la COP27 de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et la COP15 de la Convention des Nations unies sur la Biodiversité. Une décision spécifique adoptée par la COP15 de la CNULCD appelle à de plus grandes synergies entre les trois Conventions de Rio, notamment des complémentarités dans la mise en œuvre de ces traités et la fixation d’objectifs au niveau national.

Les prochaines réunions de la Conférence des parties de la CNULCD et de ses organes subsidiaires se tiendront en Arabie saoudite (COP16 en 2024), en Mongolie (COP17 en 2026) et en Ouzbékistan (Comité chargé de l’examen de la mise en œuvre de la Convention en 2023).

À propos de l’UNCCD

La Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) est la vision et la voix mondiales pour les terres. Nous unissons les gouvernements, les scientifiques, les décideurs, le secteur privé et les communautés autour d’une vision commune et d’une action mondiale pour restaurer et gérer les terres du monde pour la durabilité de l’humanité et de la planète. Bien plus qu’un traité international signé par 197 parties, la CCD est un engagement multilatéral visant à atténuer les effets actuels de la dégradation des terres et à faire progresser la gestion des terres de demain afin de fournir de la nourriture, de l’eau, un abri et des opportunités économiques à tous les peuples de manière équitable et inclusive.

Documents et informations de base sur la COP15 : https://www.unccd.int/cop15

Toutes les décisions de la COP15 sont disponibles ici https://www.unccd.int/cop15/official-documents 

Téléchargez le b-roll sur la sécheresse en Afrique de l’Est (https://bit.ly/3Pw6ULm). Crédit UNCCD.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here