Les barreaux du Maroc sont sur la sellette. Ils vont peut-être apprendre à rendre des comptes car l’omerta qui régnait sur les écarts de gestion de ces instances de régulation de la profession d’avocat est en train de voler en éclats. Par crainte de représailles, personne n’osait contester l’opacité de leur gestion et les «curiosités» financières qui gangrènent les barreaux. Les avocats n’ont pas de mot assez dur pour dénoncer le racket sur leurs honoraires organisé par les barreaux. L’heure de l’assainissement a sonné. Ce qui est certain, c’est que la fronde monte auprès de la base. Celle-ci peut compter sur le


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis