En République démocratique du Congo, la société minière canadienne Ivanhoe Mines projette une production comprise entre 290 000 et 340 000 tonnes de cuivre en 2022 pour son usine de Kamoa-Kakula.

La production de cuivre en concentré de Kamoa Copper pour l’exercice clos le 31 décembre 2021 s’élevait à 105 884 tonnes, dépassant la limite supérieure de la fourchette de référence accrue de 92 500 à 100 000 tonnes. Au cours du mois de décembre 2021, un record de 372 000 tonnes de minerai a été broyé à une teneur d’alimentation moyenne de 5,98 % de cuivre, dépassant de plus de 17 % le taux d’exécution mensuel de 316 667 tonnes .

Dans un communiqué de presse publié lundi 10 janvier 2022, la société précise que la fourchette indicative des coûts décaissés par livre de cuivre payable en 2022 se situe entre 1,20 USD et 1,40 USD par livre de cuivre payable. Les coûts par livre de cuivre payable pour le troisième trimestre 2021 ont totalisé 1,37 USD/lb, tandis que le coût des ventes par livre de cuivre payable vendu pour le troisième trimestre 2021 était de 1,08 USD/lb.

Le projet Kamoa-Kakula Copper, une coentreprise entre Ivanhoe Mines (39,6%), Zijin Mining Group (39,6%), Crystal River Global Limited (0,8%) et le gouvernement de la République démocratique du Congo (20%), a été classé par le consultant international en exploitation minière indépendant Wood Mackenzie comme la plus grande découverte de cuivre à haute teneur non développée au monde. C’est un très grand gisement de cuivre stratiforme, proche de la surface, à environ 25 kilomètres à l’ouest de la ville de Kolwezi et à environ 270 kilomètres à l’ouest de la ville de Lubumbashi, capitale de la province du Haut-Katanga (sud-est de RD Congo). La mine de Kamoa-Kakula a commencé à fournir des concentrés de cuivre en mai 2021 et sa production commerciale a débuté le 1er juillet 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here