Nigeria's President Muhammadu Buhari addresses a Franco-Nigerian business forum at French employer association Medef's headquarters in Paris on September 15, 2015. AFP PHOTO / ERIC PIERMONT (Photo credit should read ERIC PIERMONT/AFP/Getty Images)

Le président nigérian a évoqué, dans une interview diffusée le 5 janvier 2022, sa succession à la tête du pays le plus peuplé d’Afrique. Arrivé au pouvoir en 2015 puis réélu en 2019, Muhammadu Buhari devra quitter les affaires l’année prochaine.

« 2023 n’est pas mon problème. Je me moque de qui me succède. Laissez la personne venir, qui qu’elle soit », a-t-il déclaré. « Je n’ai pas de favori pour 2023 dans mon parti. Je ne le ferai pas car il sera éliminé avant que je le mentionne », a ajouté le président nigérian.

Plus loin, Muhammadu Buhari indique que sa principale préoccupation est de « travailler » à ce que « personne » ne lui demande « de venir témoigner devant un tribunal ». « L’héritage que je compte laisser, c’est de m’assurer que nous nous conduisons avec intégrité. Ce qui signifie que nous arrêtions tous les vols autant que le système peut le permettre. Nous arrêterons le détournement. Et pour les Nigérians, c’est très important », a-t-il laissé entendre.

Candidat malheureux aux élections présidentielles de 2003, 2007 et 2011, Muhammadu Buhari avait déjà été à la tête du Nigeria entre décembre 1983, à la suite d’un coup d’État qui a renversé le président Shehu Shagari, et août 1985. L’ancien général putschiste avait déjà fait connaître, début 2020, son intention de se retirer du pouvoir à la fin de son second mandat en 2023. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here