Après 7,6% du PIB en 2020 et soit 6% en 2021, le déficit budgétaire du Maroc devrait repartie à 6,3% du PIB en 2022, selon la Banque centrale.

Le Maroc a recueilli plus de 16,97 milliards de dirhams (1,8 milliard de dollars) d’investissements directs étrangers (IDE) au titre des onze premiers mois de l’année 2021, soit une augmentation de 13,9% par rapport à la même période un an auparavant, selon l’Office des Changes. Cette évolution est attribuable à une hausse des recettes de 10,2% à près de 27,27 milliards de dirhams (2,9 milliards de dollars), plus importante que celle des dépenses (10,3 milliards de dirhams, soit 1,1 milliard de dollars).

Aussi, le déficit commercial du pays a-t-elle augmenté de 26,4% en glissement annuel pour atteindre 20,3 milliards de dollars à la fin du mois de novembre, selon le rapport publié par le bureau. Le déficit est le résultat d’une croissance plus rapide des importations, qui ont augmenté de 24% tandis que les exportations ont augmenté de 22,5%.

Le rapport indique que le taux de couverture des exportations et des importations s’élevait à 61,8%. La facture énergétique a augmenté de 49,3% au cours des 11 premiers mois, précise-t-il.

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont également sensiblement augmenté leurs envois de fonds vers le pays pour atteindre plus de 86,48 milliards de dirhams (9,3 milliards de dollars) à fin novembre 2021, contre 61,29 milliards de dirhams (6,6 milliards de dollars) une année auparavant. Ces transferts ressortent ainsi en hausse de 41,1% ou de 25,187 milliards de dirhams (2,7 milliards de dollars), précise l’Office dans son bulletin sur les indicateurs mensuels des échanges extérieurs du mois de novembre. Le bulletin fait aussi état d’un excédent de la balance des échanges de services en hausse de 5,9% à plus de 59,94 milliards de dirhams (6,4 milliards de dollars).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here