LeadersChroniquesReport du sommet de l’OIF : l’obsession démocratique de...

Report du sommet de l’OIF : l’obsession démocratique de la Francophonie, face à l’indifférence du Commonwealth

-

Par Ilyes Zouari.


Alors que l’Organisation internationale de la Francophonie a décidé de reporter d’un an son sommet prévu pour les 20 et 21 novembre derniers en Tunisie, où le parlement a été provisoirement suspendu mais où règne la liberté d’expression, le Commonwealth ne voit aucune objection à la tenue de son prochain sommet au Rwanda, pays dirigé par un des régimes les plus totalitaires de la planète. Une différence d’attitude qui explique probablement la demande d’adhésion adressée au Commonwealth par deux des pays les moins démocratiques d’Afrique francophone, alors qu’aucune démocratie francophone n’en a fait la démarche.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) s’est récemment illustrée en sanctionnant la Tunisie à travers le report de son sommet biennal, qui aurait dû se tenir il y a quelques jours à Djerba. Pourtant, force est de constater que la liberté d’expression y est bien réelle, et que la justice continue à fonctionner en toute indépendance. La seule déficience en matière de démocratie consiste en la suspension provisoire des activités d’un parlement qui avait déjà perdu toute légitimité aux yeux de l’écrasante majorité de la population, accusé d’être davantage à la solde d’intérêts particuliers et de puissances étrangères qu’au service des intérêts du pays. En effet, la corruption et la mauvaise gouvernance ont atteint de tels niveaux au cours de la dernière décennie, que la Tunisie, autrefois modèle de développement économique et social pour l’ensemble du monde arabe et du continent africain, en dépit de certaines lacunes, fait désormais partie des dix pays les plus endettés du continent, en plus d’être sur le point de devenir le pays le plus pauvre de l’ensemble de l’Afrique du Nord. 

Quant aux ingérences étrangères, celles-ci ont également atteint des niveaux records, et se sont notamment traduites par le maintien et le renforcement de l’accord commercial fort défavorable avec la Turquie, et par une interférence dans les affaires intérieures de la Libye, au bénéfice de cette même Turquie. Au niveau commercial, cette dernière est désormais, avec la Chine, le partenaire le plus défavorable des sept pays avec lesquels le niveau de commerce annuel de biens dépasse la barre du milliard de dollars. Ainsi, le taux de couverture des importations par les exportations n’a été que de 14 % en 2019, contre, par exemple, un taux de 142 % avec la France (la Tunisie, pays aux faibles richesses naturelles, réalisant ainsi un confortable excédent commercial avec la France, alors qu’elle enregistre un énorme déficit avec la Turquie, néfaste à son économie). Et pour ce qui est de la question libyenne, ces dernières années ont été marquées par le soutien publiquement affiché par le président du parlement tunisien au gouvernement provisoire de Tripoli, qui contrôle l’ouest de la Libye en s’appuyant notamment sur des milices criminelles et esclavagistes, pratiquant divers trafics illicites, le kidnapping et le commerce honteux de milliers de nos frères africains. En prenant ainsi ostensiblement position sur le dossier libyen, et en nouant une étroite relation avec les autorités de Tripoli (dont les dimensions ne sont peut-être pas encore toutes connues, compte tenu de ce qui se dit dans l’Est de la Libye…), le chef de parlement avait alors clairement outrepassé ses prérogatives, en empiétant volontairement sur le domaine réservé du chef de l’État.

Au passage, et concernant la traite d’esclaves en cours en Libye, il est à noter que celle-ci se déroule sans la moindre protestation de la Turquie, pourtant très influente politiquement et présente militairement dans cette partie du pays. Une indifférence regrettable, mais qui s’inscrit dans la droite ligne du lourd passé esclavagiste de la Turquie en Afrique. L’année 2026 correspondra d’ailleurs au cinquantième anniversaire de la mort d’Hayrettin Effendi, dernier eunuque africain, décédé soixante-dix ans après avoir été enlevé en Éthiopie, en 1906 et à l’âge de sept ou huit ans. Un enlèvement, précédant de quelques jours la castration, et qui fut encore possible dans ce pays car il s’agissait alors du seul territoire d’Afrique subsaharienne à ne pas être colonisé par une puissance occidentale (en dehors du Liberia, sous tutelle américaine). Par ailleurs, et de toutes les puissances coloniales non africaines ayant été présentes sur le continent, la Turquie fut la seule, avec le sultanat d’Oman, à pratiquer la castration d’hommes noirs. Une pratique barbare qui entraînait la mort dans la plupart des cas, dans d’atroces souffrances, et qui concerna un grand nombre d’hommes sur les millions d’africains arrachés à leur terre, et embarqués à destination de la Turquie et de ses possessions, des siècles durant. Cette politique (qui toucha aussi un certain nombre d’Est-Européens) explique d’ailleurs en bonne partie la quasi-inexistence de citoyens noirs dans la Turquie contemporaine. Pourtant, tout cela n’a guère empêché le président turque, Recep Tayyip Erdogan, d’affirmer une nouvelle fois, en octobre dernier lors d’une visite officielle en Angola, que son pays ne portait « aucune tache » de colonialisme ou d’impérialisme en Afrique. Affirmation d’ailleurs facilitée par le fait que toute critique publique de l’histoire coloniale et impériale du pays soit strictement interdite en Turquie (passible de prison, voire pire…).

Bien loin d’être une dictature, la Tunisie est donc un pays qui traverse une période de transition politique visant à consolider à la fois les acquis de la révolution et la souveraineté nationale, en sanctionnant les différentes parties ayant dévoyé cette révolution à leur profit personnel et à celui de puissances étrangères dont l’influence n’a guère été bénéfique au pays. Une période nécessaire afin que les institutions tunisiennes puissent redémarrer sur de saines et solides bases, et qui rappelle d’ailleurs celle qu’avait connue la France dans les six mois ayant suivi l’arrivée du Général de Gaulle au pouvoir, en juin 1958, afin de mettre fin à l’anarchie politique qui régnait dans le pays.

La Tunisie, où l’indépendance de la justice est bien réelle, où la liberté d’expression règne, et où le sang ne coule pas, est donc à des années lumières de pouvoir être comparée au futur pays hôte du sommet du Commonwealth, organisation dont les principales figures (et notamment la Reine Elisabeth II, cheffe de l’organisation, et Boris Johnson, Premier ministre britannique) ne voient aucune objection à la tenue du prochain sommet de 2022 dans un des pays les plus totalitaires et sanguinaires au monde, à savoir le Rwanda. En effet, ce pays d’Afrique de l’Est est officiellement dirigé depuis l’an 2000, et de facto depuis 1994, par un président qui n’est autre que le seul des dirigeants africains à continuer à se faire élire avec environ 99 % des voix (98,6 % lors des dernières élections de 2017), et qui a même changé la constitution en 2015 afin de pouvoir se maintenir en place jusqu’en 2034, soit 40 années de règne. Plus grave encore, le régime rwandais se distingue tristement par le fait d’être le champion du monde des assassinats politiques à l’extérieur des frontières du pays, ayant éliminé à lui seul plus d’opposants à l’étranger que l’ensemble des autres dictatures réunies de la planète. Rien que pour cette année, la presse internationale a abondamment relayé l’assassinat de deux opposants politiques, le premier en Afrique du Sud au cours de mois de février, et le second au Mozambique au mois de septembre. Ce dernier assassinat, unanimement attribué au régime rwandais, fut d’ailleurs facilité par l’intervention militaire et anti-djihadiste du Rwanda dans le nord du pays, de nature à pousser les autorités mozambicaines à fermer les yeux (intervention qui aurait été financée par la France, le Rwanda étant toujours un des pays les plus pauvres d’Afrique, contrairement à la propagande officielle, avec un PIB par habitant de seulement 798 dollars début 2021, selon la Banque mondiale).

Ainsi, la diaspora rwandaise est la diaspora la plus surveillée au monde, vivant dans un climat de terreur permanent, comme en témoigne la parution d’un long article sur le sujet en octobre 2019, publié par le grand média canadien francophone Radio Canada et intitulé « Des espions parmi nous ». Mais à ces crimes régulièrement commis à l’étranger, s’ajoutent d’autres crimes bien plus nombreux perpétrés dans le silence à l’intérieur même du pays, ainsi que de nombreuses incarcérations d’opposants qui sont alors systématiquement accusés de terrorisme. Et ce, à l’instar de l’ancien directeur de l’Hôtel des Mille Collines, mondialement respecté pour avoir sauvé la vie de plus d’un millier de Tutsis pendant le génocide de 1994, mais qui vient d’être condamné en septembre dernier à 25 ans de prison… après avoir été kidnappé lors d’une escale dans un pays étranger ! 

Et comme si tout cela n’était pas suffisant, ces nombreux crimes s’ajoutent également à tous ceux ayant été commis par le régime rwandais au Congo-Kinshasa voisin (ou République démocratique du Congo, RDC), où il est unanimement considéré comme le principal responsable du désordre frappant l’est du pays et de la mort de quelques millions de personnes au cours des deux décennies ayant suivi le génocide rwandais. Un désordre qui permet d’ailleurs au Rwanda d’exploiter dans la plus grande illégalité les richesses minières de la RDC, à tel point que le pays se classe régulièrement à la première ou seconde place mondiale des producteurs et exportateurs de tantale (un élément stratégique extrait à partir d’un minerai appelé coltan), malgré la pauvreté de son sous-sol en la matière. Ainsi, le Rwanda n’est autre aujourd’hui que le seul pays au monde à piller à grande échelle les richesses d’un pays voisin. Un pillage désormais reconnu de tous sur la scène internationale, et rendu possible grâce à une protection diplomatique totale et féroce de la part des États-Unis (tout comme pour Israël, au Moyen-Orient), qui avaient d’ailleurs œuvré dès la fin des années 1980 à l’installation au pouvoir de Tutsis anglophones venant de l’Ouganda, et descendants de rwandais exilés, afin de contrôler l’est de la RDC tout en faisant basculer le Rwanda dans l’espace anglophone. 

Les nombreux massacres perpétrés à partir de l’Ouganda et au début des années 1990 par les forces armées et entrainées par les États-Unis, et qui s’ajoutaient ainsi au terrible souvenir du génocide commis contre les Hutus du Burundi voisin en 1972 par le pouvoir tutsi de l’époque (extermination des Hutus d’une partie du territoire, faisant entre 150 000 et 300 000 morts et provoquant la fuite vers l’étranger d’un nombre à peu près comparable de personnes, dans un pays de seulement trois millions de Hutus), firent émerger un climat de terreur et de paranoïa qui conduisit hélas au génocide de 1994. Un drame dont le fait déclencheur fut l’assassinat simultané de deux présidents, ceux du Rwanda et du Burundi, par le tir d’un missile ayant abattu l’avion qui les transportait (un double assassinat unique dans l’histoire de l’humanité). Dans ce cadre, il ne fait d’ailleurs jamais oublier les écrits de Boutros-Ghali, ancien secrétaire général égyptien de l’ONU, qui avait déclaré en 1998, deux ans après avoir quitté ses fonctions, que ce génocide « est à 100 % de la responsabilité américaine… Il est de la responsabilité de l’Amérique, aidée par l’Angleterre, mais il y a aussi la passivité des autres États ». Une déclaration exagérée, certes, mais qui révèle bien le niveau de responsabilité des États-Unis dans le génocide rwandais, et plus globalement dans les troubles de la région des grands lacs depuis la fin des années 1980 (les États-Unis interdirent même à l’ONU d’utiliser le terme « génocide » pendant 23 longues journées et quelques centaines de milliers de morts après que la France l’ai utilisé pour la première fois, le 16 mai 1994, et ce, afin d’empêcher toute condamnation internationale des massacres, et par conséquent toute intervention militaire de nature à arrêter rapidement le génocide… mais également la progression des Tutsis anglophones venant de l’Ouganda…). 

Le Commonwealth s’accommode donc si bien des régimes totalitaires, à l’instar de ceux en place en Ouganda (depuis 1986) et en Eswatini (dernière monarchie absolue du continent africain, au sommet de laquelle trône un roi ne compte pas moins de quinze épouses, et également en place depuis 1986), que force est de constater que les seuls pays francophones lui ayant adressé une demande d’adhésion font partie des pays les moins démocratiques d’Afrique francophone (le Gabon et le Togo, dont le dossier semble bien avancé). En effet, il est intéressant de constater qu’aucune démocratie francophone africaine n’a demandé à adhérer à cette organisation, tout comme il est intéressant de noter qu’aucune dictature anglophone africaine n’ait pu adhérer à l’OIF au cours des trente dernières années (la Ghana et la Gambie étant déjà des démocraties à leur adhésion). Des éléments qui tendent à démontrer que la raison économique officiellement avancée par le Gabon et le Togo afin d’expliquer leur souhait d’adhérer au Commonwealth n’est qu’un prétexte ne reflétant pas leurs réelles motivations. Un doute qui n’est d’ailleurs plus vraiment permis lorsque l’on sait que l’Afrique subsaharienne francophone est économiquement la partie la plus dynamique du continent, dont elle continue à être le moteur de la croissance (mais aussi la moins endettée, et historiquement la plus stable d’Afrique subsaharienne). Ainsi, et malgré la pandémie, cet ensemble de 22 pays a globalement réalisé en 2020 les meilleures performances économiques pour la septième année consécutive et la huitième fois en neuf ans. Sur la période 2012-2020, soit neuf années, sa croissance annuelle s’est ainsi établie à 3,5 % en moyenne (4,0 % hors cas très particulier de la Guinée équatoriale, dont la production pétrolière a baissé presque aussi vite qu’elle n’avait augmenté au début des années 2000), contre 2,1 % pour le reste de l’Afrique subsaharienne. 

Un dynamisme notamment tiré par l’espace UEMOA, plus proche de la Tunisie, qui regroupe sept des neufs pays francophones d’Afrique de l’Ouest (+ là très francophonophile Guinée-Bissau) et qui constitue la plus vaste zone de forte croissance du continent, avec une hausse annuelle globale du PIB de 5,6 % en moyenne sur la période 2012-2020 (et 6,3 % sur la période 2012-2019). Une grande performance compte tenu du fait que cette région ne constitue pas la région la plus pauvre du continent, place occupée par l’Afrique de l’Est. Ainsi, la Côte d’Ivoire, qui a affiché une croissance de 7,4 % en moyenne sur cette même période de neuf années, est récemment devenue le pays le plus riche d’Afrique de l’Ouest en réussissant notamment l’exploit de dépasser le Nigeria, dont la production pétrolière est environ 50 fois supérieure (avec un PIB par habitant de 2 326 dollars pour la Côte d’Ivoire début 2021, contre 2 097 dollars). Le Nigeria devrait d’ailleurs être bientôt dépassé par le Sénégal, et à moyen terme par le Cameroun, qui réalisent souvent des taux de croissance deux ou trois fois plus élevés. Parallèlement, la Côte d’Ivoire, qui continue à creuser l’écart avec le Kenya (1 838 dollars, et pays le plus prospère d’Afrique de l’Est continentale, après Djibouti, pays francophone), est récemment devenue le premier pays subsaharien disposant d’une production globalement assez modeste en matières premières non renouvelables, à dépasser en richesse un pays d’Amérique hispanique, à savoir le Nicaragua dont le PIB par habitant atteignait 1 905 dollars début 2021 (hors très petits pays africains de moins de 1,5 million d’habitants, majoritairement insulaires). 

De son côté, le Niger, pays enclavé, n’est désormais plus le pays le plus pauvre d’Afrique de l’Ouest, ayant récemment dépassé la Sierra Leone (565 dollars par habitant début 2021, contre 484 dollars), et devant dépasser très rapidement le Liberia, autre pays anglophone côtier (583 dollars). Occasion de rappeler, au passage, que le Niger n’est certainement pas le pays où le niveau de vie est le plus faible au monde, puisqu’il dépasserait même non moins de 15 pays africains en matière de développement humain, selon le classement de la fondation Mo Ibrahim (plus fiable sur ce point que l’ONU, qui place systématiquement – et étrangement – le Niger, au taux de fécondité le plus élevé au monde, à la dernière position du classement, derrière un pays comme le Soudan du Sud qui est pourtant réputé être le moins développé du continent – avec la Somalie, non classée…). 

Autre exemple de dynamisme, mais plus au sud, en Afrique centrale, le Gabon, justement, est devenu l’année dernière le pays le plus riche d’Afrique continentale, en dépassant le Botswana anglophone, deuxième producteur mondial de diamants (après la Russie), grâce aux grandes avancées réalisées au cours de la dernière décennie en matière de diversification et de bonne gouvernance. Ces exemples, parmi bien d’autres, font que désormais seul un des quatre pays les plus pauvres du continent est francophone, à savoir le Burundi, qui se trouve aux côtés du Soudan du Sud, de la Somalie et du Mozambique, trois autres pays d’Afrique de l’Est, qui constitue également la partie la plus instable du continent. En effet, on y trouve notamment deux des trois pays ayant connu les conflits les plus meurtriers de la dernière décennie, proportionnellement à leur population (le Soudan du Sud et la Somalie), l’instabilité causée par le terrorisme islamique dans le nord du Mozambique, ou encore la guerre civile frappant actuellement l’Éthiopie, et faisant elle-même suite à des tensions interethniques qui avaient déjà causé la mort de nombreuses personnes (ce qui fait de l’Éthiopie l’un des pays africains souffrant des plus fortes tensions sociales, avec, en particulier, l’Afrique du Sud et ses plus de 15 000 homicides par an).

L’OIF peut donc s’enorgueillir de défendre la démocratie et les droits de l’homme, et il serait tout à son honneur de poursuivre sur cette voie, quitte à être la seule organisation interétatique linguistique à défendre réellement ces valeurs. Pour autant, elle devrait prendre soin de ne pas faire d’excès de zèle en la matière, en sanctionnant certains pays sans avoir suffisamment pris en compte le contexte politique et socio-économique local, et ce, afin de ne pas les pousser à s’éloigner de la grande famille francophone. Certes, une éventuelle adhésion de certains pays au Commonwealth ou à toute autre organisation linguistique ne signifie pas forcément un renoncement de leur part à la francophonie, tout comme l’adhésion de pays anglophones à la l’OIF n’entraîne pas pour autant un remplacement de l’anglais par le français. Toutefois, le risque existe toujours, à terme, et notamment dans le contexte actuel marqué par une vaste offensive médiatique menée par le Royaume-Uni post-Brexit sur le continent africain, et consistant à dénigrer assez régulièrement et de manière insidieuse l’Afrique francophone, à travers ses médias publics internationaux, et même à s’attaquer clairement et sans détour à la francophonie marocaine. 

En effet, le Royaume-Uni ne se contente plus d’encourager les Marocains à apprendre l’anglais en tant que deuxième langue étrangère, et ne se gênant plus pour les appeler à remplacer carrément le français par la langue de Shakespeare, comme il est possible de le constater dans le document de propagande mis en ligne par le site marocain du British Council, en avril dernier et intitulé « Le passage du Maroc à l’anglais ». Et ce, en cachant volontairement le fait que ce pays d’Afrique du Nord, tout comme la Tunisie et grâce à un système éducatif assez performant, se classe déjà et constamment devant la grande majorité des pays arabes ayant été anciennement colonisés par les Britanniques, pour ce qui est du niveau en anglais de la jeunesse…

Imaginons que la France, souvent trop respectueuse (ou trop naïve…) se comporte de la même manière, en incitant clairement des pays comme le Ghana et la Gambie, non pas à améliorer leur niveau en français (dont l’apprentissage est d’ailleurs déjà obligatoire), mais à y passer entièrement, par élimination ou marginalisation de la langue anglaise… Pour l’instant, cela ne semble pas être à l’ordre du jour, bien qu’il soit plus qu’évident que pareil basculement serait fort bénéfique à chacun de ces deux pays, et particulièrement à la très pauvre Gambie dont la fusion avec le dynamique Sénégal permettrait, notamment, de mettre fin au plus aberrant et injuste des tracés frontaliers du continent.


Ilyes Zouari

Président du CERMF (Centre d’étude et de réflexion sur le Monde francophone).

ww.cermf.org

info@cermf.org

Contributionhttp://.financialafrik.com
Les articles parus dans la rubrique «contributions» expriment le point de vue de leurs auteurs. Les contributions externes, validées  par la Rédaction de Financial Afrik en raison de leur utilité sociale, ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale du journal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X