La livre soudanaise sous la botte militaire,  le Naira dopé par des réserves au zénith, le CEDI dit merci à la BAD, le Rand en manque d’énergie, la Livre égyptienne stable, le Shilling Kenyan victime de la pénurie du dollar, le Shilling Ougandais sauvé par une main trop visible, le Shilling tanzanien se prépare aux soldes. Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier non bancaire en devises en Afrique, avec un volume de transactions de plus de 1 milliard de dollars par an, analysent l’évolution des fluctuations monétaires sur le continent.


Le coup d’État au Soudan bloque un financement indispensable

Depuis que l’armée soudanaise a pris le pouvoir lundi et arrêté le premier ministre, le pays a subi des violences généralisées, des manifestations et des destructions de biens. Le Soudan a été témoin de 17 tentatives de coup d’État dans son histoire, un quasi record du continent. Le coup de force de lundi porte à 6 le nombre de tentatives de renversement réussies.

La dernière prise de contrôle militaire mettra encore plus de pression sur le progrès économique du pays, les États-Unis ayant suspendu leur aide en réponse au coup d’État. L’Union africaine a également suspendu le Soudan de toutes les activités de l’UA jusqu’à ce que le régime civil soit rétabli. De telles réponses freineront les investissements entrants et étoufferont le financement de projets de développement et d’infrastructure dont nous avons grand besoin, ce qui nuira à l’économie et affaiblira la croissance. Michael Nderitu, Chief Risk Officer, AZA.

Les réserves de change du Nigéria atteignent un sommet en deux ans pour stabiliser le Naira

Le Naira a peu bougé sur le marché non officiel cette semaine, se négociant autour de 570 contre le dollar. Dans un contexte de hausse soutenue des prix à l’exportation du pétrole, les réserves de change du pays ont de nouveau augmenté, atteignant un sommet d’environ 41,5 milliards de dollars sur deux ans, selon la moyenne mobile sur 30 jours de la banque centrale. Le Nigeria a officiellement lancé sa monnaie numérique, l’e-Naira, après avoir été retardé à cause d’une plainte contre la banque centrale pour violation de marque. Selon le gouverneur de la banque, Godwin Emefiele, l’e-Naira stimulera l’inclusion financière, réduira le coût du traitement des espèces et permettra des paiements d’aide sociale transparents aux citoyens éligibles. Nous nous attendons à ce que le Naira continue à se négocier autour de la poignée 570 à court terme.

 Le CEDI tente de faciliter le prêt de la Banque africaine de développement

Le Cedi s’est légèrement déprécié par rapport au dollar cette semaine, passant de 6,08 à 6,103 à la clôture de la semaine dernière, malgré les récentes interventions de la Banque du Ghana visant à atténuer la pression sur la devise par le biais de ses enchères à terme sur les devises. La hausse des coûts d’emprunt et la préférence des investisseurs pour les titres libellés en dollars ont accentué la pression sur le Cedi, bien que nous nous attendions à ce que cette pression commence à diminuer à court terme à la suite de l’approbation d’un prêt de 75 millions de dollars de la Banque africaine de développement au Fonds d’investissement dans les infrastructures du Ghana, ce qui contribuera à stimuler l’approvisionnement en dollars.

Le Rand plombé par le recul des cours des produits de base

Le Rand s’est déprécié par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 14,84 contre 14,75 à la fin de la semaine dernière en raison de la baisse des prix des matières premières, en particulier des métaux précieux. L’économie du pays est également confrontée à des problèmes d’approvisionnement en électricité paralysants, avec la société d’État d’énergie Eskom annonçant une série de coupures d’électricité prévues cette semaine. Le sentiment mondial envers le risk restant mitigé, le recul des prix des matières premières et les problèmes de pouvoir du pays pourraient entraîner un nouvel affaiblissement du Rand dans les prochains jours.

Perspectives de crédit optimistes en Égypte pour maintenir la livre égyptienne

La Livre égyptienne est restée inchangée par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 15,66/15,76 après que l’agence de notation de crédit Standard & Poor’s ait confirmé la note souveraine de l’Égypte à B pour la quatrième fois depuis le début de la pandémie. L’agence a félicité le pays pour son cadre politique souple et équilibré pour faire face à la pandémie, ainsi que pour la mise en œuvre de réformes économiques et structurelles. Nous prévoyons que la Livre restera stable au cours de la semaine à venir.

Les prix élevés du carburant écrasent les réserves de devises kenyanes sous forme de glissements du Shilling

Le Shilling s’est encore affaibli cette semaine, passant de 110,95/111,15 à 111,2/111,2, en raison de la persistance des pénuries en dollars, exacerbée par la demande accrue des importateurs de pétrole et de marchandises et la hausse de l’inflation, en particulier des prix du carburant. Cette demande a vu les réserves de change diminuer alors que la banque centrale tente d’atténuer la pression sur la monnaie. Les réserves sont tombées à 9,23 milliards de dollars cette semaine, contre 9,26 milliards le 14 octobre, ce qui est suffisant pour 5,64 mois de couverture des importations. Nous prévoyons que la demande en dollars de fin de mois exercera encore plus de pression sur le Shilling au cours de la semaine à venir.

L’intervention de la Banque d’Ouganda tire le Shilling de son plus bas niveau de ces deux derniers mois

Le Shilling se négociait à 3550/3560 cette semaine, récupérant les pertes de la semaine dernière après avoir atteint un creux de deux mois de 3635, la demande en dollars étrangers étant citée comme la principale cause. La reprise s’est produite cette semaine après que la Banque d’Ouganda soit intervenue pour consolider le Shilling en vendant un montant non divulgué de dollars sur le marché. Nous nous attendons à ce que cette intervention maintienne la stabilité de la devise au cours des sept prochains jours.

Solde de fin de mois pour un Shilling tanzanien stable

Le Shilling s’est légèrement déprécié cette semaine, se négociant à 2302/2312 par rapport à 2300/2310 à la fin de la semaine dernière, avec des entrées de produits de base et des ONG amorties contre une baisse plus marquée de la demande en dollars des PME, des compagnies pétrolières et des fabricants. Nous prévoyons que la demande pour le billet vert augmentera à l’approche de la fin du mois, mais nous nous attendons à ce qu’elle soit compensée par l’augmentation des entrées de produits agricoles et des investisseurs, ce qui maintiendra le Shilling stable.


Sur la photo, le Premier ministre soudanais, Abdalla Hamdok (au centre) et le général de division Malik Tayeb Khojali (à gauche) inspectent une garde d’honneur à El-Fasher, dans le nord du Darfour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here