A la UneL'hebdo des devises de l'Afrique (AZA)

L’hebdo des devises de l’Afrique (AZA)

-

Le Cédi ghanéen se gave de cacao, le Shilling Tanzanien porté par une présidente novatrice, le dollar du Zimbabwe se rebiffe, la Livre Egyptienne vaccinée contre le Covid-19, et le Naira se stabilise, dansant sur un baril de pétrole…Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier non bancaire de devises en Afrique, avec un volume de transactions de plus de 1 milliard de dollars par an, analysent l’évolution des fluctuations monétaires sur le continent.


Le Zimbabwe sévit contre les trafiquants illégaux de forex

Le vice-président du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, a frappé durement les traders de devises informels du pays après que le dollar du Zimbabwe ait plongé contre le billet vert sur le marché parallèle à 162, soit près du double du taux officiel du marché, coté à 86 unités pour un dollar. La baisse du taux non officiel a entraîné une hausse des prix qui menace de freiner les efforts visant à relancer l’économie, l’inflation atteignant plus de 50 % par an en août. La banque centrale du Zimbabwe a ordonné la fermeture des comptes bancaires des trafiquants illégaux, une mesure qui reflète une action similaire prise par la Banque centrale du Nigeria qui a alimenté une pénurie de dollars dans le pays ouest-africain, rappelle Michael Nderitu, Chief Risk Officer, AZA.


Le Naira continue de se stabiliser après les troubles récents

Le Naira est resté relativement stable sur le marché non officiel cette semaine, se négociant dans une fourchette étroite entre 570 et 573 unités pour un dollar. La monnaie a arrêté sa récente baisse sur le marché parallèle en dépit de la faiblesse de l’offre en dollars, tirée par la cessation des ventes de devises aux opérateurs du Bureau de change du Nigeria. Les réserves de change ont augmenté en septembre, passant de 33,5 milliards de dollars en août à 36,1 milliards de dollars, selon la moyenne mobile sur 30 jours de la Banque centrale du Nigeria. Cette hausse a probablement été soutenue par l’envolée des prix du pétrole ainsi que par la répartition des droits de tirage spéciaux du FMI ainsi que par l’accord de 4 milliards de dollars sur les euroobligations du pays en septembre. La BCN a reporté le lancement de son e-Naira vendredi dernier. « Nous nous attendons à ce que le Naira reste stable au cours des sept prochains jours, dans un contexte de négoce mitigé pendant les Fêtes », estiment les experts de l’AZA.


Un prêt sur le cacao pour aider à maintenir le Cedi

Le Cedi a été globalement inchangé par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 6,045
contre 6,042 à la clôture de la semaine dernière. Lundi, la banque centrale du Ghana a maintenu
son taux directeur à 13,5 %, alors que les pressions inflationnistes persistantes qui pourraient
entraîner une nouvelle dépréciation de la monnaie sont contrebalancées par les prévisions d’une
reprise économique soutenue à la suite de la pandémie de COVID-19. « Nous nous attendons à ce
que le Cedi reste stable par rapport au billet vert la semaine prochaine, soutenu par la récente
allocation de droits de tirage spéciaux du FMI et le produit d’un prêt de 1,5 milliard de dollars sur
le cacao signé la semaine dernière, ce qui contribuera à stimuler les exportations ».

Un prêt sur le cacao pour aider à maintenir le Cedi


Le Cedi a été globalement inchangé par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 6,045
contre 6,042 à la clôture de la semaine dernière. Lundi, la banque centrale du Ghana a maintenu
son taux directeur à 13,5 %, alors que les pressions inflationnistes persistantes qui pourraient
entraîner une nouvelle dépréciation de la monnaie sont contrebalancées par les prévisions d’une
reprise économique soutenue à la suite de la pandémie de COVID-19. Nous nous attendons à ce
que le Cedi reste stable par rapport au billet vert de la semaine prochaine, soutenu par la récente
allocation de droits de tirage spéciaux du FMI et le produit d’un prêt de 1,5 milliard de dollars sur
le cacao signé la semaine dernière, ce qui contribuera à stimuler les exportations.


La nervosité des marchés émergents pèse sur le Rand

Le Rand s’est affaibli par rapport au dollar cette semaine, passant de 14,94 à 15,17 à la fin de la semaine dernière alors que le sentiment des marchés émergents s’est dégradé sous l’effet d’un ton plus colérique de la Réserve Fédérale américaine et des préoccupations générales concernant la santé de l’économie mondiale. Ce climat morose est contrebalancé par les mesures annoncées de la Réserve Fédérale sud-africaine qui présente un premier excédent budgétaire depuis 2018. En dépit de cette petite embellie, le Rand devrait rester sous pression à court terme selon les estimations de Aza.

Livre égyptienne dopée par la campagne de vaccination

La Livre s’est légèrement affaiblie par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 15,71 contre 15,70 à la clôture de la semaine dernière. Le gouvernement égyptien intensifie ses efforts de vaccination contre la COVID-19 afin d’atteindre l’objectif de vacciner 40 millions d’Égyptiens d’ici la fin de l’année. L’Égypte s’apprête également à accroître la production locale du vaccin Sinovac de la Chine afin d’accroître la disponibilité du vaccin dans les pays africains, avec 80 millions de doses qui devraient être produites d’ici la fin de décembre. « Dans ce contexte, nous nous attendons à ce que la Livre reste stable à court terme », explique Murega Mungai, Trading Desk Manager chez AZA.

Shilling kenyan, un retour sur la pointe des pieds depuis sa baisse de 2021

Le Shilling s’est échangé à son plus bas niveau de l’année cette semaine en raison de la demande accrue de dollars de la part des importateurs. La monnaie a été inchangée à un creux de 2021 de 110,54 lundi avant de se redresser légèrement à 110,50 après que la banque centrale du Kenya, mardi, ait maintenu son taux de prêt de base à 7%. L’inflation s’est légèrement accélérée en août, passant de 6,5 % en juillet à 6,6 % en raison de la hausse des prix des carburants et des aliments. Toutefois, l’économie devrait continuer de croître de 6,1 % cette année et de 5,6 % en 2022, grâce au déploiement continu des vaccins contre la COVID-19, à l’assouplissement des restrictions aux voyages et à la réouverture de divers secteurs. « Nous nous attendons à ce que le Shilling maintienne ses niveaux actuels au cours de la semaine à venir, soutenus par les réserves de change du pays, qui demeurent suffisantes à 9,5 milliards de dollars », estime Aza.

La demande en dollars de fin de mois pour maintenir la pression sur le Shilling ougandais

Le shilling s’est affaibli par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 3540 contre 3534 à la fin de la semaine dernière, sous l’effet de la demande en dollars de fin de mois des importateurs. L’Ouganda devrait accroître ses exportations de café vers l’Arabie saoudite pour répondre à la demande croissante de la nation arabe, où le marché devrait croître à un taux de croissance annuel composé de 6,2 % au cours des six prochaines années. Toutefois, nous prévoyons d’autres pressions sur le Shilling au cours des sept prochains jours.

Le Shilling tanzanien atteint son plus haut niveau en 16 mois

Le Shilling s’est renforcé à son plus haut niveau par rapport au dollar en environ 16 mois, se négociant à 2309 contre 2325 à la fin de la semaine dernière, stimulé par l’augmentation des entrées d’investissement pendant les six premiers mois du président en poste Samia Hassan. La Banque de Tanzanie a déclaré que les exportations de biens ont augmenté de 5 % pour atteindre 6,5 milliards de dollars au cours de la période de 12 mois se terminant en juillet, grâce à l’or, aux produits manufacturés et aux produits horticoles. Le Tanzania Investment Center a déclaré que les nouveaux projets d’investissement enregistrés entre mars et août sont passés à 133, pour un total de près de 3 milliards de dollars. Les investissements portent sur l’agriculture, la construction, le commerce, l’énergie, les infrastructures, les finances, les institutions financières, les transports, le tourisme et les services. Nous nous attendons à ce que le Shilling continue d’être soutenu à court terme par la poursuite des exportations et des entrées d’investissements, explique Terry Karanja Treasury Associate, AZA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X