LeadersInstitutions internationalesLes philanthropes s'engagent à verser 5 milliards de dollars...

Les philanthropes s’engagent à verser 5 milliards de dollars pour préserver la nature dans le monde entier

-

Cette annonce historique vient compléter le leadership des nations africaines dans les
négociations du traité des Nations unies sur la biodiversité.

Lors d’un événement de haut niveau en marge de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, neuf organisations philanthropiques ont lancé le « Protecting Our Planet Challenge » [Lever le défi de protéger notre Planète] et se sont engagées à verser 5 milliards de dollars pour protéger et conserver 30 % de la planète d’ici 2030 en soutenant les aires protégées et la gestion de leurs territoires par les indigènes. Il s’agit du plus grand engagement philanthropique jamais pris en faveur de la conservation de la nature.

Basé sur la science, l’objectif 30×30 est devenu un élément central du projet de stratégie décennale de la Convention sur la diversité biologique, qui devrait être approuvé lors de la COP15 à Kunming, en Chine, en avril 2022. Les dirigeants autochtones ont accueilli ces annonces comme signe de la manière dont l’objectif 30×30 pourrait s’aligner sur les droits de l’homme.

Tout au long des négociations de la Convention sur la diversité biologique, les pays africains ont pris la tête des appels en faveur d’un financement nettement plus important pour soutenir la conservation de la biodiversité. Une étude historique a révélé que les dépenses mondiales actuelles en faveur de la biodiversité doivent être multipliées par plus de cinq afin de protéger la biodiversité la plus importante et les services qu’elle fournit et d’assurer la transition vers un système d’agriculture, de sylviculture et de pêche durables. Pour combler ce déficit de financement, il faut augmenter considérablement les fonds provenant de toutes les sources, y compris l’aide officielle au développement, les budgets nationaux des gouvernements, les organismes philanthropiques et les entreprises.

L’événement d’aujourd’hui, intitulé « Transformative Action for Nature and People«  [Action transformatrice pour la Nature et l’Humain], a mis en évidence la mesure dans laquelle les philanthropes intensifient leurs efforts pour contribuer à combler le déficit de financement de la biodiversité, notamment lorsqu’il s’agit de financer la mise en œuvre de l’objectif 30×30. Tous les détails concernant l’affectation des fonds n’ont pas été annoncés, mais les philanthropes participant à l’événement ont fait remarquer que davantage de fonds destinés à la conservation de la nature doivent aller directement aux efforts locaux, notamment aux peuples autochtones et aux communautés locales.

Cet événement, auquel ont participé plus d’une douzaine de chefs d’État, de dirigeants autochtones et de hauts fonctionnaires des Nations unies, a débouché sur des engagements financiers supplémentaires visant à combler le déficit de financement en matière de biodiversité.

Yannick Glemarec, le directeur exécutif du Fonds vert pour le climat, a engagé près de 9 milliards de dollars pour restaurer les écosystèmes tout en créant des emplois, envoyant ainsi un signal fort de l’importance de la nature dans la lutte contre la crise climatique et le maintien des moyens de subsistance. Mme Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a réaffirmé que l’Union européenne allait doubler son financement externe pour la biodiversité. Les 4 milliards d’euros (4,7 milliards de dollars) supplémentaires de 2021 à 2027 aideront les pays les plus vulnérables. La chancelière allemande, Mme Merkel, a également réitéré son soutien à l’objectif 30×30 et  la promesse de son pays de porter le financement international en faveur du climat à 6 milliards d’euros (7 milliards de dollars) par an au plus tard en 2025.

D’autres détails sur les engagements philanthropiques historiques sont disponibles ici.

Plusieurs chefs d’État africains ont participé à l’événement et ont démontré le niveau d’ambition qui sera nécessaire pour que le prochain accord de la Convention sur la diversité biologique soit un succès.

Dans son discours vidéo, S.E. M. Muhammadu Buhari, Président de la République fédérale du Nigeria, s’est engagé à :

[Poursuivre] la coordination régionale et interrégionale que nous défendons actuellement. L’expansion des zones de protection, y compris l’établissement de dix nouveaux parcs nationaux à travers le pays, ainsi que la création de zones marines protégées conformément à l’agenda 30×30 de la CDB.

Dans son discours vidéo, S.E. M. Ali Bongo Ondimba, Président du Gabon, a déclaré :

Alors que nous nous préparons pour le prochain Conseil des Parties sur la biodiversité, j’exhorte l’humanité à prendre des engagements forts et concrets. Il est temps que l’humanité fasse la paix avec la nature pour le bien des générations actuelles et futures. Les dirigeants autochtones ont participé à l’événement, soulignant le rôle central que les peuples autochtones et les communautés locales doivent jouer dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie mondiale efficace en matière de biodiversité.

Hindou Oumarou Ibrahim, Coordinatrice de l’Association des femmes peules et des peuples autochtones du Tchad (AFPAT), a déclaré :

Les peuples autochtones ont été parmi les plus touchés par les impacts climatiques, mais nous avons aussi les solutions. Les peuples indigènes ne représentent que 5 % de la population mondiale, mais nous protégeons environ 80 % de la biodiversité mondiale et un tiers de carbone stocké dans les forêts tropicales. Nous sommes les gardiens de la nature : il n’y a pas de voie vers un climat sûr qui ne passe pas par la reconnaissance et le soutien de nos communautés. Il faut reconnaître les 80 % de biodiversité que les peuples autochtones conservent déjà et l’initiative 30×30 est une bonne idée complémentaire tant qu’elle est réalisée avec le consentement préalable libre et éclairé et en partenariat avec les peuples autochtones, en respectant ces derniers, leurs droits et leurs connaissances traditionnelles qui, nous le savons, sont essentiels pour protéger efficacement la nature et subvenir aux besoins des populations.

À propos de l’annonce du « Protecting Our Planet Challenge », Mme Vicky Tauli Corpus, présidente du conseil d’administration de Nia Tero et ancienne rapporteuse spéciale des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, a déclaré :

Investir dans les droits des peuples autochtones et dans la garde de leurs territoires est l’une des stratégies les plus importantes, et les plus négligées, pour faire face aux menaces existentielles du changement climatique et de la perte de biodiversité. En tant qu’organisation engagée dans la protection des écosystèmes prospères des peuples autochtones, nous applaudissons ces bailleurs de fonds avant-gardistes qui ont considérablement augmenté leur soutien à cette voie essentielle pour atteindre les objectifs 30×30.

Dans son intervention vidéo, M. Johnny Kasudluak, de l’aire protégée et conservée autochtone Arqvilliit, Nunavik, Canada, a déclaré :


L’ensemble du monde circumpolaire est affecté par le changement climatique. Nos écosystèmes seront voués à l’effondrement si des initiatives fortes ne sont pas prises. Le reste du monde doit prendre conscience de la nécessité de suivre l’exemple des peuples indigènes qui prennent soin de leurs terres et de leurs eaux. Ce que chacun fait dans le cadre de l’environnement affecte ses voisins dans le monde entier. Tous les écosystèmes du monde sont interconnectés. Notre projet Arqvilliit IPCA est une étape vers la protection de notre environnement pour notre faune, notre communauté, ainsi que nos voisins proches et lointains. Ces zones de la planète où la nature prospère doivent être respectées et faire partie de l’effort mondial de conservation d’au moins 30 % des terres et des océans d’ici 2030.

D’autres dirigeants africains ont salué les annonces de l’événement et discuté des implications pour le continent.

Hailemariam Desalegn, ancien premier ministre éthiopien et membre du comité directeur mondial de la Campagne pour la Nature, a déclaré :


L’événement d’aujourd’hui montre que l’objectif 30×30 est capable de susciter un enthousiasme public important et des niveaux historiques de nouveaux financements. Les pays africains ont été parmi les premiers à défendre cet objectif et sont en mesure de contribuer à sa mise en œuvre. Avec un financement suffisant, l’Afrique peut montrer au monde entier comment une conservation accrue des terres et des océans peut aider la faune et la flore sauvages, renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et stimuler une croissance économique durable.

Ernest Bai Koroma, ancien président de la Sierra Leone et membre du comité directeur mondial de la Campagne pour la Nature, a déclaré :


Pour qu’un accord conclu lors de la COP sur la biodiversité de l’année prochaine soit suffisamment ambitieux, il doit inclure l’objectif 30×30, d’autant plus que les perturbations de l’environnement naturel menacent de plus en plus la paix et la sécurité. Les annonces faites aujourd’hui par les chefs de gouvernement du monde entier montrent que non seulement les pays sont de plus en plus prêts à soutenir cet objectif fondé sur la science, mais qu’ils sont également prêts à commencer à le mettre en œuvre. Cela devrait donner un élan significatif et un sentiment d’optimisme aux négociations en cours sur la Convention sur la diversité biologique.

Le Dr Ruhakana Rugunda, ancien premier ministre de l’Ouganda et membre du comité directeur mondial de la Campagne pour la Nature, a déclaré :


Nous commençons à voir des discours ambitieux se transformer en actions ambitieuses. D’autres engagements sont nécessaires, mais les annonces d’aujourd’hui mettent le monde sur la bonne voie pour que l’accord mondial sur la biodiversité et l’objectif 30×30 soient un succès.

Historique de l’objectif 30×30 :

La proposition 30×30 est défendue par la High Ambition Coalition for Nature and People (HAC), une coalition intergouvernementale de plus de 70 pays coprésidée par le Costa Rica, la France et le Royaume-Uni. Près de deux douzaines de pays africains sont membres de la coalition. La proposition 30×30 est actuellement la cible 3 du projet du plan que les pays négocient dans le cadre de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique.

Des preuves scientifiques et des données économiques accablantes montrent que la conservation d’au moins 30 % des terres et des océans de la planète est un moyen essentiel de lutter contre l’appauvrissement de la biodiversité mondiale – en plus du stockage du carbone, de la prévention de futures pandémies, de l’augmentation de la production halieutique et du soutien de la croissance économique, les avantages étant supérieurs aux coûts dans une proportion de 5 à 1.

Des recherches récentes ont mis en évidence le rôle central que jouent les populations autochtones et les communautés locales (IPLC) dans la conservation de la biodiversité. Le rapport « Territories of Life : 2021″ estime que les IPLC conservent plus de 22 % de l’étendue des zones clés pour la biodiversité sur terre et au moins 21 % des terres de la planète. Le rapport a également constaté que les IPLC sont les gardiens de fait de nombreuses aires protégées et conservées, étatiques ou privées, sans être reconnues comme telles, ce qui souligne le besoin crucial d’une gouvernance équitable et l’importance de s’assurer que toutes les aires protégées et conservées, existantes ou nouvelles, respectent pleinement les droits des peuples autochtones et des communautés locales.

Rédactionhttp://financialafrik.com
Financial Afrik se propose de délivrer l’information financière stratégique aux cadres et dirigeants, à travers une newsletter quotidienne et un site web qui couvre toute la finance africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X