Gratifiée en 2016 d’un financement de 20 milliards de Franc CFA (31,4 millions d’euros) de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Banque Européenne d’Investissement (BEI), la Compagnie Agricole de Saint-Louis (CASL) est aujourd’hui en crise. Depuis le pic de 2500 hectares de terres emblavés en 2019, la  société de droit sénégalais et à capitaux français semble s’être retirée de la production du riz paddy. En raison de la salinité des sols, de son modèle de développement ou du manque de compétitivité avec le riz importé ? En tout cas, sur la campagne  2020-2021, la CASL ne présentait qu’environ  300 à


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis