SecteursAgricultureUEMOA : La production vivrière estimée à 70 millions...

UEMOA : La production vivrière estimée à 70 millions de tonnes pour la campagne 2020/2021

-

La production vivrière de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) est  estimée à 69,675 millions de tonnes pour la campagne 2020/2021, selon le rapport annuel 2020 de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) basée à Dakar.

Par rapport à la campagne 2019/2020, cette production vivrière a enregistré une hausse de 5,1%. Selon l’Institut d’émission, cette évolution est  principalement portée par les tubercules (+3,9%) et les céréales (+3,8%). Les productions des autres cultures (légumineuses, plantes horticoles, fruits, etc.) ont progressé de 10,0%.

Il faut dire que la campagne agricole 2020/2021 a béné­ficié, au plan climatique, de conditions plu­viométriques globalement favorables. Selon le centre régional AGRHYMET(qui a entre autres objectifs la contribution à la sécurité alimentaire et l’augmentation de la production agricole dans les pays du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel), les quantités d’eau enregistrées ont été supérieures aux moyennes observées sur la période 1981- 2010.

Les récoltes de cultures vivrières obtenues au cours de l’année 2020 sont en hausse de 14,8% comparées à la production moyenne réalisée lors des cinq précédentes années.

« A l’exception du cacao, du café et du coton graine, la production des principales cultures d’exportation est également en hausse, com­parativement à la précédente campagne », souligne la BCEAO.

Après trois années de récoltes exceptionnelles, la production de cacao a en effet connu une baisse de 8,2%, durant la campagne 2020/2021, ressortant à 2.065.690 tonnes au sein de l’UEMOA. « Cette évolution est imputable à la volonté des Autorités ivoiriennes de maintenir la production autour de 2 millions de tonnes, afin de limiter l’offre sur le marché international et éviter un effondrement des cours mondiaux », explique la BCEAO.

La production de café est ainsi ressortie à 103.884 tonnes, en baisse de 10,0% par rapport à la cam­pagne précédente. Cette situation est consécu­tive au vieillissement du verger en Côte d’Ivoire.

Albert Savana
Journaliste depuis 20 ans dans la presse économique africaine  et auteur de plusieurs enquêtes et reportages. A couvert plusieurs sommets de l’Union Africaine, de la Commission économique africaine et de la Banque Africaine de Développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X