A la UneL'hebdo des devises africaines

L’hebdo des devises africaines

-

Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le leader non bancaire de la fourniture de devises, analysent l’évolution des fluctuations monétaires sur le continent.

Le Naira stable grâce au pétrole

Le Naira a maintenu une position stable sur le marché parallèle à 482,5 contre le dollar dans un contexte de ralentissement des achats spéculatifs du billet vert. La devise s’est légèrement dépréciée à la fenêtre Importateurs et exportateurs, passant de 410N à 411N à la fin de la semaine dernière. Les perspectives demeurent tributaires de la COVID-19, des conditions de change non liquides et de la hausse de l’inflation (aujourd’hui 18,17 %, contre 17,33 % en février). EFG Hermes a qualifié le processus de reprise économique du Nigeria de fragile, car la macro-économie reste compliquée et nécessite des réformes structurelles. Au cours de la semaine à venir, nous nous attendons à ce que le Naira reste stable sur le marché parallèle à 482,5 et à 410-415 niveaux sur le marché des I et E, alors que les prix du pétrole se rapprochent de 70 $ tandis que les stocks sont réduits.

Des réformes pour un renforcement du Cedi

Le Cedi s’est renforcé, passant de 5.7700 à 5.7850 cette semaine marquée par la mise en œuvre des taxes nouvellement révisées sur le carburant. Les marges sur les prix des produits pétroliers ont augmenté de 17 pesées le litre. La National Petroleum Authority (NPA) a réagi en réduisant la marge de 17 à 9 pesewas pour combattre les effets des nouvelles taxes sur le pouvoir d’achat. Pendant ce temps, la chef de la délégation de l’UE au Ghana, Diana Acconcia, a révélé que Accra est sur le point d’être retiré de la liste noire européenne des pays reconnus pour le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. L’UE explique cette mesure par les progrés significatifs réalisé par le Ghana dans sa collaboration avec le Groupe d’action financière (GAFI), a déclaré M. Acconia. « Dans ce contexte, nous nous attendons à ce que la monnaie se renforce davantage pour atteindre les niveaux de 5,70 », estime Oghenefejiro Eduviere, FX Trading Associate chez AZA.

Le Rand porté par la reprise économique

Le Rand est passé de 14,38 à 14,45 cette semaine, l’indice des achats (PMI) d’IHS Markit indiquant une forte accélération de la reprise économique après la COVID-19 en Afrique du Sud. L’ouverture de nouvelles entreprises augmente au rythme le plus rapide en neuf ans, en raison de la confiance économique croissante, de l’augmentation des mouvements et de l’amélioration de la demande en exportation. L’indice est passé de 50,3 en mars à 53,7 en avril, avec une lecture au-dessus du niveau 50 indiquant une expansion. La hausse des taux de change a été encore soutenue par l’affaiblissement du billet vert en raison de la baisse des taux du Trésor. Aza s’attend à une nouvelle dynamique vers des niveaux de 14,15.

Le couvre-feu anti-Covid affaiblit la livre égyptienne

La Livre égyptienne s’est échangée à 15,62 contre le dollar, en légère baisse par rapport aux 15,61 de la semaine dernière. Le gouvernement a imposé la fermeture anticipée des magasins, des centres commerciaux, des restaurants et d’autres activités commerciales au cours des deux prochaines semaines pour enrayer la COVID-19. Le nombre de nouveaux cas de coronavirus n’a cessé d’augmenter en Égypte au cours des dernières semaines et les responsables ont prévenu que les infections se propageraient davantage à mesure que les familles se réuniront pendant le ramadan, qui se terminera la semaine prochaine. À l’approche des festivités de l’Aïd, le gouvernement a révisé les heures de fermeture de la plupart des entreprises à 21 h. Les craintes d’un blocage partiel et d’un ralentissement des activités économiques peuvent entraîner la devise vers le niveau de 15,70 LE pour un dollar.

L’Eco se rapproche de la réalité

La monnaie Eco fait un pas de plus vers la concrétisation, la France entamant un transfert de 5 milliards d’euros à la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pour soutenir les réformes de la monnaie dans la Zone Franc Afrique de l’Ouest (XOF). Le ministre français des Finances a assuré que les réformes seraient mises en œuvre au maximum et soutiendront l’autonomie des pays de la région à investir dans les institutions financières et les instruments de leur choix, la France ne tenant plus les comptes de réserve, rappelle Murega Mungai, Trading Desk Manager chez AZA.

L’horticulture élève le shilling kenyan

Le Shilling kényan s’est renforcé à 107/107,30 KSh pour un dollar en raison de la baisse des importations, de l’augmentation des exportations de thé, de l’horticulture et des recettes de versement. Le Bureau des normes du Kenya a indiqué que l’inflation en avril a chuté à 5,76 % contre 5,9 % en mars, sous l’effet de la baisse des coûts des aliments. Le nouveau programme Export Trade (NExT), financé par l’Union européenne et lancé il y a un an, investira 5 millions d’euros (650 millions de shillings) dans le secteur horticole du Kenya. Le programme vise à accroître la contribution du secteur horticole au revenu des ménages par le biais de possibilités d’emploi et de gains en devises. « Nous nous attendons à ce que les investissements continuent de soutenir les gains dans le Shilling », estiment les analystes de Aza.

Les entrées en Ouganda stimulent le Shilling

Le Shilling ougandais s’est apprécié à 3560/3570 cette semaine, grâce aux entrées des organisations non gouvernementales (ONG) offshore et du paiement des taxes dans le pays. Le rapport de politique monétaire d’avril de la Banque d’Ouganda prévoyait une croissance de l’économie de 3 à 3,5 % au cours de l’exercice 2020/21, qui passerait de 4 à 4,5 % en 2021/22 et de 6 à 7 % les années suivantes. « Nous nous attendons à ce que les entrées du secteur agricole et les investissements continuent de renforcer le shilling ougandais à court terme », opine Aza.

Soutien en or pour le Shilling tanzanien

Le Shilling tanzanien s’est échangé régulièrement aux mêmes niveaux que les semaines dernières, à 2310/2324 pour un dollar. Lundi, le gouvernement a publié un nouvel avis aux voyageurs et édicté 14 mesures visant à lutter contre la pandémie de COVID-19. La présidente du pays, Samia Suluhu Hassan, a profité d’une visite au Kenya et des pourparlers bilatéraux avec le président Uhuru Kenyatta pour promouvoir l’investissement et le commerce. Selon la Banque de Tanzanie, la valeur des exportations d’or est passée de 2,324 milliards de dollars à 3,025 milliards de dollars au cours de l’exercice se terminant le 31 mars. Les exportations, y compris l’or, devraient continuer de soutenir le Shilling aux niveaux actuels à court terme, estime Terry Karanja, Treasury Associate chez AZA.

Contributionhttp://.financialafrik.com
Les articles parus dans la rubrique «contributions» expriment le point de vue de leurs auteurs. Les contributions externes, validées  par la Rédaction de Financial Afrik en raison de leur utilité sociale, ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale du journal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X