Pétrole & Gaz : Total invoque la Force majeure pour son projet GNL au Mozambique

0
8 agences de crédit à l’exportation et 19 banques commerciales participent à ce projet.

Le plus grand financement de projet jamais réalisé en Afrique à l’arrêt

La détérioration de la situation sécuritaire dans le nord de la province de Cabo Delgado a poussé Total, en tant qu’opérateur du projet de GNL au Mozambique, à déclarer un cas de force majeure. Le groupe français a confirmé que tout le personnel du projet d’environ 20 milliards de dollars avait été retiré. Il a déclaré qu’il «exprime sa solidarité avec le gouvernement et le peuple du Mozambique et souhaite que les actions menées par le gouvernement du Mozambique et ses partenaires régionaux et internationaux permettent le rétablissement de la sécurité et de la stabilité dans la province de Cabo Delgado de manière durable».

La nouvelle, bien qu’elle ne soit pas totalement sans précédent compte tenu de l’insurrection qui prend de l’ampleur dans la région depuis 2017, est certainement un coup dur pour le Mozambique. Le gouvernement vise à générer 100 milliards de dollars de revenus sur la durée de vie de 25 ans du projet. En déclarant un cas de force majeure, qui comprenait les développements des champs de gaz naturel offshore de Golfinho et Atum et la construction d’une usine de liquéfaction à deux trains, les promoteurs pourront renégocier leurs obligations contractuelles. Le développement sera vivement ressenti par les logisticiens du projet et les prestataires de services de transport lourd, dont beaucoup ont renforcé leur présence dans la région pour soutenir le projet. Nous rappelons qu’en juillet 2020, Total avait annoncé la signature de l’accord de financement externe du projet Mozambique LNG, pour un montant de 14,9 milliards de dollars. Ce projet — premier développement à terre d’une usine de gaz naturel liquéfié (GNL) du pays — comprend le développement des champs de Golfinho et d’Atum, situés dans la concession Offshore Area 1, et la construction de deux trains de liquéfaction d’une capacité totale de 13,1 millions de tonnes par an.

Le projet, qui représente un investissement total post-FID de 20 milliards de dollars, sera financé à hauteur de 14,9 milliards par des prêts directs et des prêts garantis octroyés par 8 agences de crédit à l’exportation, par 19 banques commerciales et par la Banque africaine de développement. Il s’agit du plus grand financement de projet jamais réalisé en Afrique. Les agences de crédit à l’exportation participant au financement comprennent Export Import Bank of the United-States (US-Exim), Japan Bank for International Corporation (JBIC), Nippon Export and Investment Insurance (NEXI), UK Export Finance (UKEF), Servizi Assicurativi del Commercio Estero (SACE), Export Credit Insurance Corporation of South Africa (ECIC), Atradius Dutch State Business (Atradius) et Export-Import Bank of Thailand (EXIM Thailand). Total E&P Mozambique Area 1 Limitada, filiale à 100 % de Total S.A. et opérateur du projet, détient une participation de 26,5 % dans l’Offshore Area 1. Ses partenaires sont ENH Rovuma Área Um, S.A. (15 %), Mitsui E&P Mozambique Area 1 Limited (20 %), ONGC Videsh Rovuma Limited (10 %), Beas Rovuma Energy Mozambique Limited (10 %), BPRL Ventures Mozambique B.V. (10 %), et PTTEP Mozambique Area 1 Limited (8,5 %).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here