Après le triple choc de 2020, le Mali devrait filer du bon coton en 2021 (Moody’s)

0
Bah N’Daw

Le profil de crédit du Mali (Caa1 stable) reflète les faibles niveaux de revenus et la faiblesse de l’économie diversification, qui limite sa capacité à absorber les chocs économiques, indique Moody’s dans un rapport du 19 avril 2021. De plus, une hausse la part de la dette intérieure à court terme a accru les risques de liquidité au cours des cinq dernières années. Le risque politique reste élevé, en raison de la situation sécuritaire difficile et de la lutte contre l’extrémisme violent, qui est une contrainte à long terme sur le profil de crédit du souverain. De plus, les indicateurs institutionnels et de gouvernance du pays sont très faibles.

La croissance économique devrait s’accélérer en 2021 malgré un triple choc en 2020

Le Mali compte environ 20 millions d’habitants, avec un PIB de 17,6 milliards de dollars en 2020 que la Banque mondiale (BIRD, Aaa stable) classe dans la catégorie de pays à faible revenu. Le PIB par habitant sur la base de la parité de pouvoir d’achat (PPA) était de 2401 dollars en 2020, légèrement en dessous de la Médiane de l’Afrique subsaharienne (ASS), qui est de 2772 dollars. Bien que moins dynamique que certaines autres économies d’Afrique subsaharienne, la croissance du PIB par habitant demeure forte au Mali. L’économie est relativement concentrée, l’agriculture représentant près de 40% du PIB. En outre, 70% des exportations de biens sont de l’or, principale source de revenus en devises. Le Mali possède également un important secteur informel.

Avec un peu moins de 50% du PIB en avril 2021, La dette du Mali est modérée par rapport à ses pairs, et abordable car elle est largement composée de prêts concessionnels. Les perspectives stables illustrent l’équilibre des contraintes de crédit et des soutiens de crédit. La cote pourrait en bénéficier au fil du temps si la transition du Mali vers un régime civil semble sûre et inclusive, supportée par la communauté internationale, ce qui augmenterait les perspectives d’une amélioration de la gouvernance et une plus grande stabilité politique et sociale. « Nous serions susceptibles de dégrader la note du Mali en cas d’aggravation de la situation politique actuelle, de l’effondrement du gouvernement de transition ou encore du nom paiement de la dette publique », estime l’agence Moody’s. Plus généralement, poursuit le rapport, « un déclassement serait également probable si la situation politique et sécuritaire actuelle se détériore à un niveau qui freiner la croissance et affaiblisse la solidité budgétaire ».

L’économie du Mali devrait se reprendre en 2021 après le triple choc en 2020 causé par la pandémie, le coup d’état et une forte baisse de la production du coton, conduisant à la contraction de 2% du PIB. Ce qui, est loin des prévisions de Moody’s tablant sur une croissance de 5,3% avant la pandémie. En particulier, la production de coton, de 147000 tonnes, était inférieure aux 750 000 tonnes prévues, en raison de la l’incapacité du gouvernement à mettre en œuvre une réforme sectorielle. L’échec de la mise en œuvre de la réforme a conduit les producteurs de coton à croire qu’il n’y aurait aucun mécanisme de soutien en cas de baisse des prix internationaux, et ils n’ont donc pas semé autant que prévu.

Malgré tout, l’optimisme est de mise chez les analystes de l’agence de notation. « Nous prévoyons une meilleure exécution du budget, en particulier les dépenses en capital, pour soutenir l’économie en 2021 car certains projets d’ infrastructures ont été retardés en 2020 en raison de la pandémie », poursuit Moody’s misant sur un secteur minier résilient porté par les cours élevés de l’or et le rebond de la production de coton, deuxième exportation du Mali. Quelque soit le scénario, le Mali continuera à recevoir un soutien important de la communauté internationale, portée par la France (stable Aa2). Alors que des risques tels que l’évolution de la pandémie et la situation sécuritaire difficile persistent, Moody’s table sur une croissance du PIB réel de 4,5% en 2021 et 6% en 2022.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here