A la UneCrise de solvabilité en Afrique: une restructuration coordonnée de...

Crise de solvabilité en Afrique: une restructuration coordonnée de la dette est nécessaire malgré la prolongation de l’initiative G20 (Scope Ratings)

-

L’accord du G20 visant à prolonger la période de grâce du service de la dette pour les pays à faible revenu offre un soulagement bienvenu mais seulement à court terme, lié à la pandémie, étant donné la perspective d’un remboursement futur plus élevé de la dette et d’un surendettement à moyen terme. C’est le point de vue de Scope Ratings. L’agence de notation basée à Berlin estime que l’extension de l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) se traduira par de nouvelles économies à court terme pour les gouvernements les plus pauvres du monde, y compris ceux d’Afrique. « Ces économies sont toutefois compensées par des paiements plus élevés au titre du service de la dette à moyen terme, avec peut-être un montant nominal supérieur aux montants initialement suspendus en raison des principes de neutralité de la valeur actuelle nette (VAN) », déclare Dennis Shen, directeur des notations du secteur souverain et public à Scope Ratings.

L’extension du cadre du G20 apporte un véritable bol d’oxygène aux gouvernements africains qui ont besoin d’une restructuration immédiate plus substantielle de la dette pour retrouver l’accès au marché à des taux d’emprunt soutenables. Les demandes récentes du Tchad, de l’Éthiopie et de la Zambie pour une restructuration de la dette dans le cadre du Cadre commun, au-delà de la DSSI, sont positives, mais la concentration du Cadre sur l’allongement de la maturité de la dette et, le cas échéant, la réduction de la dette uniquement aux termes de la VAN, risque de ne pas aller assez loin dans le règlement de la dette, estime Scope Ratings.

En outre, la DSSI et le Cadre commun ciblent les pays à faible revenu, laissant de nombreux pays à revenu intermédiaire vulnérables à la crise de la dette. « Alors que les créanciers du secteur privé ont été à nouveau appelés à participer dans le cadre de cette extension du programme, l’architecture existante de la DSSI ne dispose pas des mécanismes d’exécution requis qui pourraient assurer un traitement équitable entre les types de créanciers dans l’allégement de la dette. Cela signifie que différents types de créanciers sont susceptibles de contribuer à l’allégement de la dette à des degrés divers, sapant la capacité de DSSI de réaliser une vision plus holistique telle que l’inclusion systématique de la dépréciation du principal comme outil applicable pour les émetteurs confrontés à des problèmes de solvabilité « .

Vu que la composition de la dette de l’Afrique continue d’évoluer vers les créanciers commerciaux et non membres du Club de Paris, une restructuration de la dette à des conditions plus ambitieuses impliquant un groupe plus large de créanciers, y compris le secteur privé et les créanciers multilatéraux – les créanciers acceptant des pertes à des conditions équitables sur les intérêts et / ou principal (y compris via une dépréciation pure et simple du principal) – entraînerait potentiellement une note de crédit par défaut temporaire pour les emprunteurs souverains qui ont besoin d’un tel soutien. Cependant, une restructuration complète qui implique l’annulation de la dette pourrait améliorer considérablement les profils de crédit de nombreux pays plus pauvres après la restructuration.

La valeur de cette approche tient à la reconnaissance du fait que de nombreux gouvernements africains sont dans une position faible pour faire face à l’augmentation des besoins de service de la dette à moyen terme en raison des reports de paiement DSSI, la moitié de tous les souverains d’Afrique subsaharienne étant à risque élevé ou déjà endettés avant l’arrivée de la pandémie de Covid-19. «Ce report supplémentaire du service de la dette est le bienvenu pour bon nombre des 46 gouvernements mondiaux participant à la DSSI qui luttent pour trouver les fonds nécessaires pour répondre aux besoins urgents en matière de dépenses et sécuriser les vaccins. Pourtant, cela expose potentiellement certains des emprunteurs les plus vulnérables à un risque élevé de surendettement futur », déclare Thibault Vasse, analyste chez Scope. «En reportant les problèmes d’aujourd’hui à demain, les paiements d’intérêts et de principal pourraient au contraire arriver à échéance dans une période future où le soutien international à l’allégement de la dette multilatérale sera moins important qu’actuellement», poursuit l’analyste.

En tant que tel, « nous pourrions rater une occasion d’exploiter la solidarité mondiale actuelle pour faire face de manière plus durable aux problèmes de solvabilité de l’Afrique au milieu d’une crise commune unificatrice », déclare Vasse. «L’extension DSSI aide à empêcher de nombreux pays à faible revenu de prendre du retard dans ce qui est déjà une reprise économique mondiale divergente», conclut Shen. «Néanmoins, concevoir un allégement de la dette allant au-delà du DSSI et du Cadre commun est toujours nécessaire et pourrait représenter la différence entre une reprise durable pour les pays emprunteurs ou une décennie perdue.»

Pour rappel, Scope Ratings GmbH fait partie du groupe Scope dont le siège est à Berlin avec des bureaux à Francfort, Londres, Madrid, Milan, Oslo et Paris. En tant que première agence européenne de notation de crédit, la société est spécialisée dans l’analyse et la notation des institutions financières, des entreprises, des financements structurés, des financements de projets et des finances publiques. Scope Ratings propose une analyse du risque de crédit basée sur l’opinion, prospective et non mécaniste, une approche qui ajoute à une plus grande diversité d’opinions pour les investisseurs institutionnels. L’agence de notation de crédit est enregistrée conformément à la réglementation de l’UE en matière de notation.

Albert Savana
Journaliste depuis 20 ans dans la presse économique africaine  et auteur de plusieurs enquêtes et reportages. A couvert plusieurs sommets de l’Union Africaine, de la Commission économique africaine et de la Banque Africaine de Développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X