FinanceBanquesPlombé par le Covid-19, le groupe Absa mise sur...

Plombé par le Covid-19, le groupe Absa mise sur le numérique

-

A l’occasion de la publication de ses résultats financiers pour l’année  se terminant en décembre 2020, le groupe Absa a annoncé qu’il va investir dans des capacités stratégiques, dont une architecture technologique plus modernisée qui alimente la transformation numérique.

Dans un contexte de ralentissement économique, occasionné par la crise de la Covid-19, les bénéfices globaux normalisés ont chuté de 51% en décembre 2020 à 8 milliards de rands (534,2 millions de dollars). Les dépréciations ont augmenté de 163% à  20,6 milliards de rands (1,3 milliards de dollars) et le  résultat net dilué par action ordinaire a reculé de 58% à 730,9 cents par action. Toutefois, le bénéfice avant provisionnement a augmenté de 7%, considéré comme un indicateur important d’une performance sous-jacente positive.

« La forte croissance des bénéfices avant provisionnement a largement amorti l’activité contre une augmentation des dépréciations », a déclaré la banque basée en Afrique du sud , ajoutant qu’elle « continuera d’investir, en particulier dans le numérique, pour, pour améliorer l’efficacité opérationnelle et l’expérience client globale ».

Cette performance,  souligne la banque, est illustrée par une augmentation de 23% du nombre de clients actifs numériquement à 1,9 million, largement tirée par l’application mobile.

Absa a déclaré qu’elle va investir dans des capacités stratégiques, y compris le leadership, une architecture technologique plus modernisée qui alimente la transformation numérique. «Notre stratégie actualisée nous permet de devenir plus précis en exprimant comment nous souhaitons intégrer l’orientation client au cœur de notre entreprise, comment nous allons faire évoluer notre maturité numérique et ce que signifie être orienté vers des objectifs», a déclaré Daniel Mminele, directeur général d’Absa Group.

Pour rappel, la banque prévoit une croissance de 3 ,1% en Afrique du sud en 2021 et s’attend à ce que le PIB ne retrouve ses niveaux de 2019 qu’en 2024.

Ibrahima jr Dia
Economiste de formation, passionné des questions de développement, suit l'actualité financière africaine au jour le jour. Milite pour une Afrique nouvelle sans frontières et sans préjugés. A lu Marx, Adam Smith et Cheikh Anta Diop et aime échanger sur ces sujets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X