Les visages de l’émancipation féminine en Afrique

0
De gauche à droite: Lydie Hakizimana, PDG de l’Institut Panafricain des Sciences Mathématiques (AIMS), Rwanda. Tout en haut, Saloua Karkri Belkeziz, présidente Afrique d’Inetum (Maroc), Ingrid Marina Swagath Leyoubou (Gabon), Dany Cécile Kanyeba Nyembwe (RDC). En deuxième ligne: Djindah Mohamed el Moustapha Bal (Mauritanie), Limda   Awesso (Togo) et Bamba Maférima M’Bahia (Côte d'Ivoire).

Tout au long de la journée de ce 8 mars, Financial Afrik vous présentera des femmes leaders issues d’horizons différents et qui représentent chacune le visage de l’émancipation féminine et des progrès enregistrés sur la question complexe de l’égalité homme / femme dans le monde des affaires.

De Saloua Karkri Belkeziz, présidente Afrique d’Inetum, à madame Bamba Maférima M’Bahia, directrice adjoint des impôts de Côte d’Ivoire, en passant par Lydie Hakizimana, PDG de l’Institut Panafricain des Sciences Mathématiques (AIMS), ou encore Djindah Mohamed El Moustapha Bal, vice président de l’Union pour la république (UPR), parti au pouvoir en Mauritanie, le constat est le même: en matière d’émancipation de la femme, les acquis sont réels mais les progrès qu’il reste à faire sont immenses. « En 2020, les femmes représentaient en moyenne (à l’échelle mondiale) 4,4 pour cent des chefs d’entreprise, 16,9 pour cent des membres des conseils d’administration, 25 pour cent des parlementaires nationaux et 13 pour cent des négociateurs de paix », constatait Maria Nadolu dans son éditorial consacré à la journée du 8 mars. Chacune de ses femmes s’est prononcée sur la question selon son angle et son environnement. Le dossier complet est à lire aussi dans le mensuel Financial Afrik du 15 mars prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here