Le mauritanien Kalidou Gadio rejoint Curtis

0
Kalidou Gadio.

Ancien conseiller juridique général (CJG) de la Banque Africaine de Développement, Kalidou Gadio rejoint le cabinet Curtis Mallet Prevost, une vieille maison fondée en 1830 et installée au coeur de Wall Street dès sa création. En tant qu’associé partner, Kalidou Gadio étoffera la dimension Afrique du groupe présent dans 14 pays.

Le président du cabinet, Georges Kahale III, salue «l’arrivée au sein du cabinet, au bureau de Washington, d’un avocat chevronné, spécialisé sur l’Afrique, avec une expertise internationale reconnue». Pour sa part, Kalidou Gadio dit espérer « célébrer de nombreux succès avec l’institution, et profiter d’un partenariat enrichissant, contribuant ainsi à améliorer la compréhension de la culture et des processus législatifs dans toute l’Afrique et la région MENA »

Le cabinet Curtis est connu pour sa défense des pays devant les arbitrages internationaux dans lesquels les pays africains perdent très souvent leurs procès à cause, entre autres, de la qualité discutable de leurs conseils juridiques. Architecte, quand il était à la BAD, de la mise en place de la Facilité Africaine de Soutien Juridique (FASJ) , mécanisme d’assistance des pays africains dans la défense de leurs intérêts face aux multinationales, le juriste mauritanien dispose d’une expérience avérée en la matière. Curtis figure au rang des leaders mondiaux dans le conseil et le traitement du contentieux, défendant essentiellement les États et les entreprises à capitaux publics.

Diplômé en droit de l’Université Mohammed V de Rabat, de la Sorbonne et, entre autres, de la Harvard Law School, Kalidou Gadio était jusque-là associé chez Manatt, Phelps & Phillips où il serait resté quatre ans. Durant les 28 ans de carrière à la Banque Africaine de Développement dont 8 sous la houlette du président Donald Kaberuka en tant que conseiller juridique général, Kalidou Gadio a  participé à la mise en  place de plusieurs initiatives de développement économiques en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here