LeadersChroniquesOuganda: le président Yoweri Museveni sert une sommation...

Ouganda: le président Yoweri Museveni sert une sommation « aux escrocs » qui veulent déstabiliser le pays

-

Le président ougandais Yoweri Museveni n’y est pas allé de main morte dans son discours du nouvel an, à deux semaines des présidentielles et législatives du 14 janvier 2021. Onze candidats sont en lice dont le chanteur Bobi Wine, de la National Unity Plateforme, récemment interpellé pour non respect des gestes barrières anti Covid-19, et qui se présente au fil des semaines en challenger sérieux face au président Museveni.

Les observateurs de l’Union Européenne ont fait savoir depuis juillet qu’ils ne prendraient pas part au scrutin pour cause de pandémie. Les États-Unis d’Amérique ont, de leur côté, pour la deuxième fois en quelques semaines, mis en garde contre les conséquences pour ceux qui sapent la démocratie et les violations des droits de l’homme, en particulier avant les élections générales de 2021.

En poste depuis 1986, le Bismarck des grands lacs, qui se glorifie d’être à la tête des cinq économies aux plus fortes croissances dans le monde en 2020 et durant la dernière décennie, a profité du discours du nouvel an pour mettre en garde « les criminels et les escrocs qui ont l’intention de déstabiliser l’Ouganda et les élections de l’année prochaine, en faisant recours à la fraude ». Ces déclarations en disent long sur le climat électrique dans cette période post-électorale.

« J’ai des informations. Les gens envisagent de voler des élections, y compris des fonctionnaires électoraux soudoyés pour modifier les résultats ou faciliter le vote multiple. Ensuite, nous avons ceux qui veulent utiliser la violence pour modifier les souhaits des gens », a déclaré Museveni, en s’adressant à un groupe qu’il semble bien connaître, réduisant la Saint Sylvestre en une soirée de devinettes: « Vous tous qui êtes impliqués, veuillez arrêter. Je sais et j’agirai ». Le président ougandais dit détenir des informations sur plusieurs groupes, qui appartiendraient principalement à des partis d’opposition soutenus par des étrangers et qui prévoient de déstabiliser le pays et les élections.

Le message de Museveni est des plus clairs: «Je suis le chef des combattants. Je les dirige depuis 50 ans depuis 1971. Nous ne pouvons donc pas permettre que la révolution du peuple soit détruite par des escrocs », a-t-il déclaré. Et d’insister encore avec véhémence: « Alors s’il vous plaît, je vous en appelle, il est plus sûr pour vous de bien vous comporter dans les deux semaines restantes afin que nous ayons de bonnes élections. Ne soyez pas tenté de penser que vous êtes trop intelligent, car nous sommes ici. Avec notre mandat historique et populaire, nous ne tolérerons pas que des gens détruisent l’Ouganda ».

La Banque Centrale de l’Ouganda relève que la croissance économique devrait augmenter entre 3,5 et 4,5% au cours de l’exercice 2020/21, avant de passer à 5,0-6,0% au cours de l’exercice 2021/22, et entre 6,5 et 7,5% au-delà.

Albert Savana
Journaliste depuis 20 ans dans la presse économique africaine  et auteur de plusieurs enquêtes et reportages. A couvert plusieurs sommets de l’Union Africaine, de la Commission économique africaine et de la Banque Africaine de Développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X