Dans un nouveau sondage réalisé par le Forum Économique Mondial et Ipsos auprès de près de 20 000 adultes de 27 pays, 74 % des personnes interrogées déclarent avoir l’intention de se faire vacciner contre la COVID-19. Cette majorité pourrait encore ne pas atteindre le nombre requis pour vaincre la maladie, avec moins d’une majorité (37 %) déclarant avoir une opinion ferme sur la question. Pour plus de la moitié de interrogés (59 %), un vaccin ne sera pas disponible avant la fin de cette année.

Globalement, 74 % des adultes interrogés sont d’accord pour dire que si un vaccin contre la COVID-19 était disponible, ils se feraient vacciner. (37 % fortement d’accord et 37 % quelque peu d’accord), tandis que 26 % se disent en désaccord. (15 % quelque peu et 12 % fortement). Les pays où l’intention de vaccination contre la COVID-19 est la plus élevée sont la Chine (97 %), le Brésil (88 %), l’Australie (88 %) et l’Inde (87 %). Ceux où elle est la plus faible sont : la Russie (54%), la Pologne (56%), la Hongrie (56%) et la France (59%). Dans la plupart des pays, les personnes qui sont d’accord sont nettement plus nombreuses que celles qui sont en désaccord (plus de 50 points de pourcentage dans 12 pays sur 27).

Selon Arnaud Bernaert, responsable des initiatives Santé au Forum Économique Mondial « Le manque de confiance de 26 % dans le vaccin est suffisamment important pour compromettre l’efficacité du déploiement d’un vaccin contre la COVID-19. Il est donc essentiel que les gouvernements et le secteur privé s’unissent pour renforcer la confiance et s’assurer que la capacité de production réponde à l’offre mondiale d’un programme de vaccination COVID-19. Cela nécessitera une coopération entre les chercheurs et les fabricants ainsi que des accords de financement public qui lèveront les restrictions à l’accès au vaccin ».


 
Attentes par rapport à la disponibilité d’un vaccin cette année


 
Dans les 27 pays, 59 % des personnes interrogées sont en désaccord avec l’affirmation selon laquelle « un vaccin contre la COVID-19 sera disponible avant la fin de 2020 » (23 % fortement et 36 % quelque peu), tandis que 41 % sont d’accord (9 % fortement et 31 % quelque peu).
Là encore, la Chine se distingue par son optimisme, 87 % des personnes interrogées s’attendant à ce qu’un vaccin soit prêt cette année. Le pourcentage est également élevé en Arabie saoudite (75 %) et en Inde (74 %). En revanche, le scepticisme prévaut en Allemagne, en Belgique, au Japon et en Pologne, où moins d’un adulte.

Raisons invoquées pour le refus de vaccination
 
La raison la plus fréquemment mentionnée pour ne pas vouloir se faire vacciner est l’inquiétude quant aux effets secondaires, suivie par la perception de l’efficacité du vaccin. Plusieurs pays estiment également ne pas être suffisamment à risque et une partie des personnes interrogées sont contre les vaccins en général.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here