Le projet de zone économique spéciale Sikasso-Korhogo-Bobo- Dioulasso (SKBO) dort du sommeil des justes

0
Soumeylou Boubeye Maïga

L’Afrique est championne mondiale des beaux projets d’intégration rangés dans les tiroirs.  Lancé en 2018 à Sikasso (Mali), en grande pompe, par  les Premiers ministres Soumeylou Boubeye Maïga (Mali), Paul Kaba Thiéba (Burkina Faso) et feu Amadou Gon Coulibaly (Côte d’Ivoire), le projet de création d’une Zone économique spéciale (Zes) Sikasso-Korhogo-Bobo- Dioulasso (SKBO), qui vise à exploiter les potentialités agricoles et minières des zones transfrontalières, tarde à être opérationnelle. 

La zone SKBO est une « Zone économique spéciale », qui s’inscrit dans le cadre du développement de l’intégration sous régionale, matérialisée par la mise en œuvre de projets de développement socio-économique communs (infrastructures, unités industrielles…). Dans ce projet, les entreprises implantées dans la zone sont en bonne place avec des avantages fiscaux et juridiques. Sans oublier les avantages socio-économiques avec la création d’emplois. 

En dépit du manque d’un dispositif institutionnel et de l’identification tardive des projets communs à mettre en œuvre, l’avènement Zes-Skabo, un espoir  pour les opérateurs économiques, est suspendu à un agenda qui plus est alourdi par les échéances électorales. 

 « Cette zone économique spéciale est important pour l’intégration sous-régionale, et partant, pour le développement des trois Etats, car la zone offre des avantages économiques et sociaux indéniables et d’importantes opportunités… », se félicitait le Premier ministre ivoirien feu Amadou Gon Coulibaly. Qui, a œuvré pour l’aboutissement de ce chantier. Un travail reconnu par l’actuel Premier ministre malien, Boubou Cissé, qui l’a réaffirmé lors de la cérémonie marquant les 40e jours du défunt. 

Premiers partenaires commerciaux de la Côte d’Ivoire, avec respectivement, 352,1 et 326,2 milliards de Fcfa de produits importés, le Burkina Faso et le Mali réfléchissent à la mise en œuvre d’une feuille de route pratique et entendent miser de tout leur possible pour réactiver ce projet, destiné aussi par ailleurs à  freiner les activités subversives des bandes armées dans ce triangle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here