En France, Jean-Luc Mélenchon préfère “la lutte des classes” au “privilège blanc”

1
Melenchon: «Il faut aimer la France sans exclusive, ce n'est pas la couleur qui va séparer les Français»

Le leader de la “France insoumise” rejette dans un entretien diffusé mercredi 17 juin sur son nouveau média en ligne “l’Insoumission”, l’expression “privilège de l’homme blanc» brandie ces derniers jours par les manifestants en réaction à l’affaire George Floyd du nom de ce noir américain étouffé fin mai à Minneapolis sous le genou d’un policier blanc. “Il faut aimer la France sans exclusive, ce n’est pas la couleur qui va séparer les Français”, a plaidé Jean-Luc Mélenchon s’inscrivant dans une ligne traditionnelle de la gauche qui a toujours privilégiée l’interprétation marxiste de la lutte des classes dans l’explication des inégalités sociales à l’embarrassante réalité des assignations sociales en fonction des origines.

“Les trois ou quatre gens qui pensent à l’existence d’un privilège blanc n’ont jamais vu un blanc pauvre”, a rajouté l’homme politique dont la lucarne, vissée sur les privilèges réels que confèrent le pouvoir d’achat, laisse le délit de faciès, pratique à tendance systématique, dans un angle mort. D’autant que l’homme politique se livre à un autre rapport colonisé /colonisateur pour rappeler un moment historique qui l’a marqué: “à l’époque de la guerre d’Algérie, c’était ‘Les blancs tous des colons’, pourtant les miens n’ont jamais colonisé, étaient des pauvres, étaient maltraités, certes moins que les autres”, a raconté le natif de Tanger, qui montre qu’en ces temps de démarcation par rapport aux symboles, Les Insoumis restent moins fidèles à Jean Jaurés qu’à Jules Ferry. Et certainement pas à Aimé Césaire lequel, dans sa célèbre lettre de démission du Parti communiste français (24 octobre 1956) suite au rapport Khrouchtchev sur les crimes de Staline, avait laissé cette assertion encore actuelle : “ce que je veux, c’est que marxisme et communisme soient mis au service des peuples noirs, et non les peuples noirs au service du marxisme et du communisme”.

1 COMMENTAIRE

  1. Je crois que vous mélangez un peu tout. La question du racisme n’est pas du tout un angle mort pour les militants de gauche. Et Mélenchon a participé à la grande manifestation dénonçant l’islamophobie, comme quoi il n’est pas insensible à la question du racisme (parce que ce sont des racistes qui s’abritent derrière la question de l’islamisme). Ce sont d’ailleurs pour la plupart des militants de gauche qui manifestent pour dénoncer le racisme dans la police. Et votre citation de Césaire vient mal à propos. Je ne vois pas où est l’utilisation de la question raciale par les marxistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here