En Afrique du Sud, la croissance tombe, le déficit file à deux chiffres (S&P)

0
Le président sud-africain Cyril Ramaphosa

“Nous prévoyons maintenant que l’économie diminuera de 4,5% en 2020, en partie grâce à un budget de 500 milliards ZAR”, a déclaré Samira Mensah, analyste de crédit chez S&P Global Ratings. Dans un nouveau rapport paru aujourd’hui, l’agence de notation indique avoir abaissé les notes en devises étrangères du pays de BB à BB- en avril 2020.

Les prévisions de l’agence montrent que la situation s’est empirée: “le déficit budgétaire atteindra 13,3% du PIB en 2020 en raison de la baisse des recettes fiscales, des dépenses budgétaires déjà importantes en février 2020 et du programme de soutien COVID-19”, a ajouté Mme Mensah.

Les prévisions de l’agence pour le secteur bancaire sud-africain sont à la mesure des défis à relever au niveau économique. “nous prévoyons que le secteur bancaire se contractera en raison de la crise économique et prévoyons que le crédit au secteur privé diminuera d’environ 5% en 2020. Nous prévoyons que les pertes de crédit du secteur bancaire augmenteront à environ 1,2% en 2020, principalement en raison de des défauts de paiement sur les prêts aux particuliers et aux petites et moyennes entreprises.” Néanmoins, relève S&P, les mesures de liquidité de la South African Reserve Bank assureront la stabilité des secteurs financier et bancaire. “Nous avons abaissé nos notes sur les banques sud-africaines de premier plan à «BB-» au début de mai 2020, mais leurs profils de crédit autonomes restent à «bbb-».

En outre, bien que les réclamations d’assurance puissent augmenter en raison de COVID-19, S&P ne prévoit pas que les pertes seront importantes. “Les ventes massives sur les marchés boursiers et l’augmentation des risques de crédit feront probablement pression sur les bénéfices des assureurs, mais nous ne prévoyons pas que cela affectera de manière significative leur niveau de capital”, poursuivent les analystes. Les assureurs bénéficient du soutien d’importants fonds propres en fonction de leurs risques et de leur grande liquidité. Le régime local de solvabilité fondé sur le risque a également encouragé les assureurs à améliorer leurs pratiques de gestion des risques. La solvabilité du secteur des assurances est donc plus forte que celle de la plupart des autres secteurs nationaux. “Nous plafonnons nos notations à l’échelle mondiale sur les assureurs aux notations «BB» en monnaie locale sur l’Afrique du Sud”, conclue l’agence.

La résilience du secteur des entreprises au COVID-19 reflète les mesures gouvernementales spécifiques au pays et la réponse des consommateurs et des entreprises. Les mesures de confinement ont affecté les sociétés de transport et les détaillants, en particulier en raison de la diminution de l’activité des clients. Les entreprises de type utilitaire (télécoms, électricité, eau et infrastructures) sont plus résistantes, mais les perspectives de demande et d’accessibilité sont incertaines. Les changements de notation dans le secteur des entreprises reflètent l’étendue du soutien gouvernemental aux entreprises publiques; des contraintes sur notre capacité à classer des sociétés spécifiques au-dessus du souverain; et la compression des notations à l’échelle nationale, c’est-à-dire une grande proportion des notations à l’échelle nationale regroupées en deux ou trois niveaux de notation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here