Le dragon chinois abandonne la croissance mais réaffirme l’objectif du plein emploi (S&P)

0

La Chine a baissé son objectif de croissance pour 2020 lors de ses réunions gouvernementales ce week-end, mais continue de tourner la molette sur les mesures de relance, indique l’agence Standard and Poor’s dans un rapport du 25 mai 2020 intitulé “le nouveau cycle Stop-Go de la Chine”.

“Nous estimons que trois mois seulement après le pic des cas de COVID-19 au début de février, les grandes entreprises industrielles étaient de retour à 95% de leur capacité normale. La production manufacturière a augmenté de 5% en avril par rapport à il y a un an. Cependant, toutes les industries ne tirent pas en même temps. Le secteur de la technologie a rebondi, les automobiles se sont stabilisées et les biens de consommation sont toujours inférieurs aux niveaux de 2019”.

De nombreux pays hésitent sur les mesures de relance à mettre en place. En Chine le terme “stimulation” est chargé car associé à une augmentation de la dette et des risques financiers. S&P Global Ratings estime que les mesures de relance pourraient être rapidement retirées l’année prochaine si la reprise se poursuit.

La décision de la Chine de ne pas fixer d’objectif de croissance du PIB pour 2020 atténue le risque d’une réponse de relance excessive au choc économique COVID-19. “La Chine vit un autre cycle d’arrêt même si l’arrêt, causé par le COVID-19, est différent cette fois”, a déclaré Shaun Roache, économiste en chef pour l’Asie-Pacifique pour S&P Global Ratings. Si elle n’a pas indiqué un objectif de croissance pour 2020, la Chine réitère son engagement pour le plein emploi.

Mais, indique S&P, “la réalisation rapide du plein emploi nécessite un soutien politique”. L’agence américaine suggère qu’un autre effort politique important, axé sur le crédit, est déjà en cours. Cela relèvera la croissance pendant un certain temps: “nos prévisions sont de 1,2% en 2020 et de 7,4% pour 2021. Mais un resserrement inévitable suivra en 2021”, estime l’agence.

La relance de la Chine combine réductions d’impôts et d’autres allégements pour les entreprises que le gouvernement estime à 1,6% du PIB de 2019. La Chine a également affiné sa boîte à outils de politique monétaire au cours de la dernière décennie et compte davantage sur la fixation des taux d’intérêt que sur la dictée des prêts. Pourtant, obtenir rapidement un soutien pour l’économie repose toujours sur d’anciens outils fiables, y compris les dépenses d’infrastructure.

De plus, relève l’agence de notation, une stimulation assez importante fondée sur le crédit est en cours. En proportion du PIB, la variation des nouveaux crédits – appelée impulsion de crédit – a atteint 4 points de pourcentage du PIB. Cela est comparable aux trois derniers cycles, bien qu’il soit environ deux fois plus important que l’impulsion de crédit de 2009. “Les risques liés à une nouvelle accumulation de crédit, en particulier compte tenu des efforts déployés ces dernières années pour contrôler l’effet de levier économique, sont ce qui pourrait conduire à un arrêt brutal en 2021”, a déclaré M. Roache. “Des points faibles de l’économie, notamment des secteurs de surcapacité ou des entreprises et des ménages fortement endettés, pourraient émerger”, d’après l’agence qui offre ainsi une vue dynamique du cadre macroéconomique de l’Empire du Milieu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here