Covid-19 en Afrique: un double tsunami selon l’Agence française de développement

6
En dépit de ses moyens limités, l'Afrique, aidée par la bonne vieille chloroquine, arrive à faire face à la composante sanitaire de la crise née de la pandémie du Covid-19. .

Moins alarmiste que le rapport du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) du Quai d’Orsay, un article paru dans le blog ID4D animée par l’Agence Française de Développement (AFD) titrée « Covid-19 en Afrique: un double tsunami » vient de paraître sous la plume de l’économiste de développement Thomas Melonio.

Le rapport qui se fonde sur les prévisions de la Banque Mondiale, tablant sur une récession (une première depuis 25 ans) de la partie subsaharienne du continent entre 2,1 et 5,1% en 2020, rejoint la vague de pessimisme (ONU, OMS, Fondation Bil Gates etc..) qui s’abat sur le continent depuis quelques semaines.

« Le nombre de personnes testées et touchées par l’épidémie de Covid-19 reste à ce stade plus limité en Afrique qu’ailleurs dans le monde, mais le continent ne sera pas épargné. Si le faible nombre de dépistages réguliers ne permet pas à cette heure de donner une vision précise de l’évolution du Covid-19 en Afrique, le nombre de cas est certainement sous-estimé de manière importante », écrit l’auteur du rapport qui s’accroche à son postulat de départ d’une « catastrophe ou tsunami à venir sur le continent.

L’étude qui passe en revue les différents canaux de transmission de la crise en Afrique, les mesures de désendettement prises avec les partenaires multilatéraux et bilatéraux, imagine différentes sorties de crise, en « V », en « W », en « U » ou en « L » (le premier scénario étant le plus favorable à l’Afrique) tout en appelant à aller plus loin que le moratoire sur la dette. « Un choc de 5 points de PIB représente une perte de revenus proche de 125 milliards de dollars à l’échelle du continent ».

6 Commentaires

  1. Il n’y aura pas de tsunnami en Afrique comme le projette l’AFD.
    C’est plutôt la vieille Europe qui est entrain de subir le tsunami actuellement. Et elle continuera à le subir en double dose dans un avenir proche.
    Que l’AFD arrête de proférer des messages alarmistes.
    Les Dirigeants africains ne doivent pas tomber dans ce piège à con.
    L’AFD est entrain de les préparer à passer avec l’Europe et la France en tête des accords pour leur garantir la fourniture des matières premières pour reconstruire leurs pays dévastés par le Covid-19.
    L’Afrique sortira victorieuse de cette aventure céleste pour autant qu’elle comprenne qu’elle doit prendre son avenir en main notamment :
    – en consommant ce qu’elle produit et en produisant ce qu’elle consomme
    – en transformant tout ce que la nature lui a donné fruit, légume, écorse d’arbre, feuilles, pétrole, gaz, pouzzolane, rochers, montagnes, rivières, soleil, étc… Les Asiatiques l’ont fait ; pourquoi pas nous aussi ?
    – en créant sa propre monnaie dans différentes sous régions du continent. Le temps des monnaies indexées à l’Euro ou à quoi ce soit est révolu
    – en garantissant les échanges entre pays africains
    – en créant des entreprises selon différents modèles économiques pour la prospection et la production du pétrole, du gaz et toutes autres matières premières enfouies dans nos riches sols
    – en répartissant équitablement les richesses nationales
    – en créant en moyenne 100 Hommes d’affaires de haut niveau par pays
    – en intégrant les principes fondamentaux de la bonne gouvernance notamment par la lutte contre la corruption, le népotisme et tous les maux qui gangrènent nos états.
    SM KENGNE David

    • Cher M KENGNE David
      vous avez parfaitement raison sur les premiers points:
      – en consommant ce qu’elle produit et en produisant ce qu’elle consomme
      – en transformant tout ce que la nature lui a donné fruit, légume, écorse d’arbre, feuilles, pétrole, gaz, pouzzolane, rochers, montagnes, rivières, soleil, étc… Les Asiatiques l’ont fait ; pourquoi pas nous aussi ?
      – en créant sa propre monnaie dans différentes sous régions du continent. Le temps des monnaies indexées à l’Euro ou à quoi ce soit est révolu
      – en garantissant les échanges entre pays africains

      Pour la suite, il faut aller plus loin et non pas reproduire la politique de la terre brûlée des affaires dans l’idéologie libérale. Pensons donc à un modèle africain de développement respectueux de ses richesses naturelles, de sa faune et de sa flore. Un modèle qui lutte contre le réchauffement climatique et pour une économie vertueuse au service des citoyens. Un modèle qui allie le développement social, économique et environnemental. Je parle là du modèle économique de l’avenir à bâtir par nous tous et non pas de la manière de s’enrichir personnellement et à tout prix, ce que la vieille école et les vieilles écoles du monde entier ne cessent de préconiser. Le bien commun d’abord c’est l’objectif N°1 du XXIème siècle.

  2. Il n’y aura pas de tsunami en Afrrique. Au contraire, l’Europe risque de perdre le quart de sa populace au cours de cette épidémie et plus encore pour la suivante. L’Afrique doit rester vigilante car, elle va ramasser l’Europe à la petite cuillère.

  3. Mr KENGNE David , respect pour ce commentaire soyez convaincu que des millions d’africains comme vous et moi pensent que seule une prise en main et avec force. Permettra à Nos peuples de sortir de l’emprise de Nos anciens colonisateurs, c’est seule notre faiblesse qui fait leur force notre Afrique possède tous les éléments pour réussir sans l’aide de personne. l’espoir est permis les mentalités ont évolué comme l’on démontré les jeunes de mon pays depuis plus d’une année .respects d’un senior algérien ayant mama Africa dans son cœur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here