Covid-19 :la nouvelle compagnie aérienne, Sky Mali, reporte son démarrage

1
La nouvelle compagnie malienne a vu son plan de vol perturbé par le coronavirus (Covid-19).

La nouvelle compagnie privée malienne, Sky Mali, a réceptionné, le 24 mars 2020, son premier Boeing 737-500 (MSN 25418). Reçu par une équipe de la direction générale de l’entreprise, des représentants des Aéroports du Mali (ADM), et de l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), l’appareil a été stocké, en attendant son immatriculation par cette dernière. Le démarrage des activités de la compagnie, initialement prévu à la fin mars, a été reporté à cause de la pandémie coronavirus, qui a déjà fait deux (2) morts au Mali.

Selon les autorités aéroportuaires, «ce premier avion, d’une capacité d’accueil de 114 passagers (102 en classe économie et 12 en classe affaires), symbolise le démarrage prochain des activités de la nouvelle compagnie nationale du Mali. Toutefois, en attendant la levée des restrictions internationales, Sky Mali pourra effectuer des vols domestiques et à la demande », confie le transporteur aérien. Sur le réseau domestique, le transporteur va desservir Kayes, Mopti, Gao et Tombouctou. En reliant les différentes villes septentrionales, Sky Mali veut surtout être un vecteur de paix face à l’insurrection des groupes djihadistes dans la région, depuis 2012.

Pour sa part, El Hadj Baba Haïdara, le directeur général de la compagnie aérienne SKY Mali, assure que « le capital de la structure sera à court terme ouvert à l’État malien, et éventuellement à d’autres investissements privés. Ceci sera progressivement décidé en conseil d’administration », confie l’ancien haut cadre d’Air Afrique. En attendant, Sky Mali, détenu à 100% par des privés émiratis, prévoit d’ajouter un second 737-500, un ERJ145 et deux turbopropulseurs. Le directeur général affirme par la suite que «la compagnie veut également créer un réseau régional très attractif. Nous ciblons les destinations d’Afrique centrale et de l’Ouest où la communauté malienne est importante à l’instar du Gabon, du Cameroun, du Congo, du Niger, du Ghana, du Sénégal et de la Mauritanie », a-t-il affirmé. En dehors du continent Africain, la nouvelle compagnie lorgne la capitale Française (Paris), car la plus forte communauté d’Africains en France est malienne, donc cette ligne pourra être lancée d’ici un à deux ans.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here