Covid-19: en Côte d’Ivoire, le bilan fait un bond inquiétant et envoie les abidjanais vers les feuilles de Neem

2
Les abidjanais entre la tentation de la fuite vers le village ou de la consommation des feuilles de Nem.

Le ministère ivoirien de la Santé et de l’Hygiène publique annonce, dimanche 29 mars 2020, la détection de 39 nouveaux cas de personnes atteintes de la maladie à Coronavirus. Ce qui porte désormais le nombre de malade à 140 en extirpant les trois cas de guérison. En moins de deux semaines, on assiste à une montée exponentielle du nombre de contaminés en Côte d’Ivoire. La psychose a suscité des mouvements de personnes et une fuite vers les villages pour plusieurs citadins.

En clair, Abidjan se vide, avant l’application de son isolement du reste des autres villes. Ceux qui y sont observent de plus en plus les mesures de confinement. Pour les personnes à activité libérale, les horaires de travail ont changé. Seuls à profiter de la situation, les commerçants, eux, se frottent les mains avec la commercialisation des produits à usage de prévention comme les masques, les savons et les gels hydroalcoliques. Ils sont tellement prisés qu’on assiste à une spéculation surprenante. Une attitude qui a incité le ministère du Commerce à déployer une équipe sur le terrain pour sanctionner tout commerçant qui s’adonnerait à une augmentation de ces produits utilisés pour se prémunir du Covid 19.

Face à la montée des cas de contagion, les Abidjanais se ruent vers les feuilles de neem (ou nime), depuis une semaine, preuve que le remède du professeur Didier Raoult, a bien traversé les continents. Selon eux, cette espèce a les mêmes réactions que l’anti-palustre chloroquine. «Si la Chloroquine soigne, c’est que les feuilles de Neem peuvent protéger contre le Covid -19 », lance Lazard Kouamé, mécanicien de son état. Au bord des artères de la capitales, il est aujourd’hui fréquent de voir des vendeurs ambulants des feuilles de Neem. Ils accostent des usagers pour leur proposer, selon eux, «la plante miracle ».

2 Commentaires

  1. La réaction au premier abord est disons humaine car la peur est une émotion souvent incontrôlable mais raisonnablement le fait et choix de courir se réfugier dans sa region, son village sans savoir si on est porteur même sain car il y en a qui ne développe aucun symptôme ou dont le temps d’incubation n’est pas à terme, vont ainsi par un afflux brutal et massif mettre en danger d’autres qui dans les villes, villages de l’intérieur du pays n’ont rien comme cas pour le moment. Cela est dangereux et le gouvernement appuyé par le corps sanitaire devraient signaler et expliquer à tous qu’il ne faut pas céder à la panique même si j’en conviens cela est encore une fois humainement compréhensible. Respectons les règles d’hygiène dont le lavage des mains avec de l’eau et du savon tant qu’on se trouve dans un lieu où on en a et utilisons le gel hydroalcolique quand ce n’est pas possible de pouvoir nous laver les mains. Le gel si on en a pas, l’alcool à 70° désinfecte également donc acheter en pharmacie 1 petite ou moyenne bouteille plastique tel que vendu, on peu proprement en mettre dans un petit contenant plus pratique à transporter au quotidien pour les femmes dans leurs sacs à mains, les hommes dans les sacoches ou poches pantalons et/ou chemises vestes, voitures pour ne citer que ça et suggérer davantage. Eviter de sortir sans masque, ou fabriquer des caches ou un protège nez en tissu coton blanc car vous pouvez les laver (en Chine ce fût une voie contre la pénurie des masques). Distance entre vos rencontres, interlocuteurs et vous dehors et à la maison ne touchez pas trop vos enfants et sachez époux garder raison en regard de vos pratiques intimes qui ‘ont jamais été interdites par l’OMS mais les excès en tous genres, fantasmes devraient pouvoir et savoir être revus à la baisse… Les personnels de maison qui rentrent chez eux quotidiennement devront être bien instruit des risques et à leurs reprises chaque matin, avant de commencer à travailler veillez aux lavages des mains très régulièrement et le respect de la distance entre eux et vous, pour le bien de voys tous. Faites des provisions alimentaires de premières de 1eres nécessités sans égoïsme envers les autres qui ont des besoins comme vous, donc pas de razia dans les lieux d’alimentation, mais tout cela fait avec bon sens pour éviter de trop avoir à sortir si pas utile non plus. La contagion est extrêmement rapide et on constate que tous les 2 à 3 jours dans les pays atteints plus on découvre des nouveaux cas et plus la multiplication des malades explosent et finalement tous les jours ensuite on annonce des chiffres à la hausse et tres malheureusement des décès à la pelle ! Nous en Afrique nos gouvernants ont des priorités sur le superflu mais pas le nécessaire donc côté hôpitaux dignes de ce nom, disponibilité de lits dans des conditions hygiéniques aux normes, des personnels avec conscience de leurs responsabilités ont sait que c’est très aléatoire et bien souvent calamiteux, donc les appareils sophistiqués, les respirateurs et les blouses de protections c’est une zone désertique ! Nous devons entre nous africains être solidaires car PERSONNE en dehors viendra nous aider. On a tendance à attendre ou quémander tout aux blancs et c’est pourquoi nius sommes toujours en retard et derrière bons derniers utilisés… Eux mêmes ont problème chez eux donc ils ne pourront rien pour nous, PRENONS AU SÉRIEUX CETTE CALAMITÉ ET AGISSONS. Dieu croyant ou non est et il veille. Prions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here