Zone CEMAC : prestation de serment de nouveaux Commissaires de la COSUMAF

0

Douze Commissaires ont prêté serment à la Cour de Justice Communautaire d’Afrique centrale en vue de renforcer le fonctionnement du régulateur de la bourse régionale.

Par Achille Mbog Pibasso

Douze nouveaux Commissaires, dont six titulaires et six suppléants de la Commission de Surveillance du Marché Financier de l’Afrique Centrale (COSUMAF) ont prêté serment 16 décembre 2019 devant la Cour de Justice Communautaire de Ndjamena, au Tchad, siégeant en audience ordinaire.

Occasion pour rappeler le Règlement 06/03 de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et de l’Union monétaire d’Afrique centrale (UMAC) du 12 novembre 2003 modifié par le Règlement N° 01/08-CEMAC-UMAC du 9 juin 2008 portant organisation, fonctionnement et surveillance du marché financier de l’Afrique Centrale, en son article 14, qui prévoit que « la Commission de Surveillance du Marché Financier est composée de 9 membres nommés par le Comité Ministériel de l’UMAC eu égard à leur expertise reconnue en matière comptable, ­financière ou juridique ».

Le même article précise sa composition, soit Six membres représentant les États; un représentant de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC); un représentant du Président de la Commission de la CEMAC et un représentant de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC).

Les Commissaires de la COSUMAF garantissent l’exécution des missions de l’Autorité de tutelle, de régulation et de contrôle du Marché Financier de l’Afrique Centrale à travers la protection de l’épargne investie en valeurs mobilières, l’information des investisseurs et le bon fonctionnement du Marché.

Le président de la COSUMAF, l’Ambassadeur Nagoum Yamassoum a rappelé les missions qui attendent les nouveaux commissaires pour assurer et renforcer l’aura de cette institution communautaire. « Prenez garde de donner à la COSUMAF, l’image d’un conglomérat d’hommes et de femmes, dont l’égoïsme et l’étroitesse de la conception de leur mission jure avec les ambitieuses missions de la COSUMAF et pourrait faire naître un sentiment de désordre et d’incohérence dont la COSUMAF n’a point besoin » a-t-il indiqué.

Tenant compte des difficultés économiques et financières dont font face les pays de la sous-région, le Président a invité les commissaires à un « sentiment d’humilité, utile à une analyse et à des décisions justes éclairées ».    

Les membres de la Commission de Surveillance du Marché Financier sont nommés pour une durée de trois ans, renouvelable une fois. Ils prennent fonction après l’unification du Marche financier d’Afrique centrale dans un contexte de redécollage économique suite à une forte récession tributaire à la dépréciation des cours du pétrole sur le marché international.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here