Perspective négative pour le Nigeria (note Moody’s)

0
Le président Muhammadu Buhari fait face à une conjoncture difficile.

Moody’s Investors Service («Moody’s») a dégradé, le 4 décembre 2019, la perspective de la note du Nigeria, passée de “stable” à “négative”. Le pays leader de la CEDEAO dispose de 40 milliards de dollars de réserves de change soit 5 à 6 mois d’importations. La dette ne devrait pas excéder 27% du PIB.

L’Agence américaine de notation confirme les notations d’émetteur à long terme en devise locale et étrangère B2, les notations non garanties de premier rang en devise étrangère B2 et (P) Catégorie de programmes de notation de premier rang non garantis B2 en devise étrangère.

Des finances publiques faibles

Les perspectives négatives reflètent la perception de Moody’s de risques croissants pour la solidité financière et la position extérieure du gouvernement. Les finances publiques déjà faibles vont probablement encore s’affaiblir du fait de la base de recettes extrêmement réduite et de la faiblesse persistante de la croissance qui freine l’assainissement des finances publiques. À mesure que les pressions augmentent, le gouvernement risque de recourir à des options de plus en plus opaques et coûteuses pour financer un fardeau d’endettement modéré mais croissant. En outre, le Nigéria est de plus en plus dépendant des investisseurs étrangers pour financer ses réserves de change.

La décision de Moody’s de confirmer la note B2 reconnaît une combinaison de forces de crédit, y compris la grande économie diversifiée du pays soutenue par de vastes dotations en pétrole et en gaz, malgré les faiblesses persistantes du crédit telles que ses très faibles institutions et son cadre de gouvernance et en particulier la mauvaise gestion des finances publiques.

Parallèlement, Moody’s a maintenu les plafonds de risque pays du Nigeria à leurs niveaux actuels: plafond des obligations en devises étrangères à B1, plafond des dépôts en devises étrangères à B3 et plafonds des obligations et des dépôts en devises locales à Ba1.

Coûteuses avances de la Banque Centrale

La fragilité croissante des finances publiques nigérianes se traduit par une plus grande dépendance des pouvoirs publics à l’égard des financements de la Banque centrale du Nigéria (CBN) au cours des trois dernières années pour couvrir des déficits budgétaires persistants, les avances en espèces de la CBN atteignant 2,5% du PIB sur une base annuelle. Cela, en plus des titres de créance d’État détenus par le CBN représentant 1,4% du PIB. En particulier, les avances de la CBN sont plus coûteuses que la dette financée sur le marché des capitaux national, car la CBN applique un taux de pénalité en plus de son taux directeur monétaire, actuellement de 13,5%.

Un taux de croissance autour de 2%

Moody’s s’attend à ce que les recettes des administrations publiques restent très faibles, à environ 8% du PIB jusqu’en 2022, malgré des mesures telles que le taux de TVA, qui passerait de 5% à 7,5% à 7,5%. En conséquence, l’accessibilité financière de la dette restera faible, les paiements d’intérêts des administrations environ 25% des revenus dans les prochaines années. L’accent mis par l’administration sur l’augmentation des dépenses d’infrastructure à partir de niveaux très bas exercera une pression supplémentaire sur les déficits publics, même s’il est probable que des dépenses en capital très nécessaires continueront à être sous-réalisées par rapport aux budgets, les investissements étant réduits afin de contenir les dépenses d’investissement. déficit budgétaire global.

De manière générale, Moody’s s’attend à ce que la croissance réelle reste faible, à un peu plus de 2% au cours des prochaines années. L’économie n’a pas encore complètement récupéré du choc pétrolier de 2015 et de la récession qui a suivi en 2016; la croissance réelle reste inférieure à la croissance démographique, traduisant une érosion des revenus par rapport à des niveaux déjà bas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here