LeadersSénégal : Evolution moins dynamique du PIB au deuxième...

Sénégal : Evolution moins dynamique du PIB au deuxième trimestre 2019

-

Le Produit intérieur brut (PIB) en volume du Sénégal, corrigé des variations saisonnières, a connu une évolution moins dynamique au deuxième trimestre 2019 enregistrant une hausse de 0,2% contre 0,4% au premier trimestre 2019, selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

L’ANSD estime, dans sa note sur les évolutions économiques récentes que ce résultat est imputable à la croissance du secteur primaire (+1,9%) et du tertiaire (+0,3%). Comparée au deuxième trimestre de 2018, la valeur ajoutée du secteur primaire, en volume, a progressé de 7,7%. Ce résultat reflète la bonne tenue de l’activité de la totalité des sous-secteurs.

Pour ce qui est de la croissance du tertiaire, l’ANSD l’explique par « le relèvement de 6,2% de la valeur ajoutée des activités financières et de 3,8% des activités de communication ». Cependant, sur la même période, la valeur ajoutée des activités immobilières a baissé de 5,3%.

Comparée au deuxième trimestre de 2018, la valeur ajoutée du secteur tertiaire a progressé de 6,5%, imputable au regain d’activité observé dans l’ensemble de ses sous-branches.

Il faut cependant relever que la croissance économique du Sénégal a été amoindrie par un retrait de 1,5% du secteur secondaire.  Cette contre-performance est essentiellement liée aux baisses d’activités enregistrées dans les sous-secteurs des autres produits manufacturiers (-12,2%), des industries chimiques (-12,1%), de fabrication de ciment et d’autres matériaux (-3,2%). En revanche, il faut souligner la bonne tenue de l’activité de la branche  Construction  (+19,1%) et la progression de 1,4% de la valeur ajoutée des industries alimentaires.

En glissement annuel, l’activité du secteur secondaire s’est accrue de 1,9% en liaison notamment avec la bonne tenue de la construction (+12,2%), de la production agro-alimentaire (+7,2%). Par contre, dans les autres produits manufacturiers, une contraction de 10,3% est à déplorer.

Sous l’angle de la demande, comparativement au premier trimestre de 2019, l’ANSD a relevé une forte hausse de 9,5% de la formation brute de capitale fixe  et une atténuation du déficit de la balance extérieure des biens et services marquée par une faible hausse des importations en volume (+0,6%).

Au niveau de la consommation finale, une baisse de 0,6%a été notée en rapport avec le repli de 1,1% de celle des ménages.

Au deuxième trimestre 2019, l’ANSD a estimé le PIB en valeur à 3273,3 milliards de FCFA contre 3268,4 milliards de FCFA au premier trimestre 2019, soit une augmentation de 4,9 milliards de FCFA. Par rapport au deuxième trimestre 2018 où il s’établissait à 3103,2 milliards de FCFA, le PIB en valeur connait un accroissement de 170,1 milliards de FCFA.

Albert Savana
Journaliste depuis 20 ans dans la presse économique africaine  et auteur de plusieurs enquêtes et reportages. A couvert plusieurs sommets de l’Union Africaine, de la Commission économique africaine et de la Banque Africaine de Développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X