Kenya : KCB s’attaque à ses créances douteuses

0
Après  l’acquisition de la Banque nationale du Kenya (NBK), le groupe bancaire kenyan KCB veut réduire le ratio de prêts non performants à 8%, contre 12%. Une situation liée à l’acquisition de NBK, propriété de l’État, qui a classé 49% de ses prêts en créances douteuses. S’exprimant  dernièrement,  dans un point de presse,  le président-directeur général de KCB, Joshua Oigara, a souligné qu’il  compte ramener ce ratio à 8% un an après la consolidation, qui


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Nouvel utilisateur ?
*Champ requis