RDC : un gouvernement de 66 ministres et des défis

0
La RDC a réussi une transition démocratique pacifique contre tous les pronostics. L'entente entre l'ancien et le nouveau président résistera-t-elle aux enjeux politiques, financiers et miniers?

Après plus de 7 mois de gestation, le premier gouvernement du président Félix Tshisekedi a été annoncé lundi 26 août 2019. Constitué par une coalition de partis politiques, notamment le Front commun pour le Congo (FCC), plate-forme pro-Kabila et le Cap pour le changement (Cach), l’attelage conduit par le premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, comprend 66 ministres. Parmi ces personnalités, 42 sont issues des rangs  du Front commun pour le Congo (FCC), la plate-forme pro-kabila , soit un pourcentage de 64% . Et du  côté du cap pour le changement (Cach) du président Félix Tshisekedi , ils sont au nombre de 23, soit 35% du nombre total.

La première  remarque est que le nouveau gouvernement est constitué majoritairement par  les pros kabila, issus de la majorité au Parlement congolais. Dans ce nouvel  attelage gouvernemental, on peut noter la présence de  certains hommes de confiance du président Kabila en l’occurrence Azarias Ruberwa Manywa.

Ce dernier  hérite du ministère de la décentralisation et des affaires coutumières. Quant à Thomas Luhaka il s’est vu confié le ministère de l’enseignement supérieur. Autre proche de Kabila, Célestin Tunda, qui occupe le portefeuille souveraineté de ministre de la Justice.

Pour l’actuel homme  fort de Kinshasa,  trois de ses  proches collaborateurs sont  promus aux postes stratégiques du ministre des Hydrocarbures, de l’Intérieur et du Budget. Il s’agit respectivement de Rubens Mikindo, de  Gilbert kankonde et  de jean  Baudouin Mayo.

L’autre grand constat est que le nombre de femmes dans ce gouvernement se chiffre à 11, soit un pourcentage de 17%. À noter  également que  le ministère des Finances, très stratégique revient à José Sele Yalaghuli. Le nouvel argentier de l’Etat est considéré comme étant très proche   de l’ancien Premier ministre Matata Ponyo.

Maintenant que le nouveau gouvernement  est  constitué, la RDC fera face à 3 grands défis majeurs de son économie à savoir, la diversification économique, la croissance et la révision du code minier.

La RDC  dont l’économie est fortement  tributaire des ressources minérales est souvent victimes de l’effondrement des cours mondiaux de matières premières. Concernant  la croissance, le pays a enregistré une baisse de 0,9%  (4,9 % en 2019 contre 5, 8 % en 2018).

Pour  son code minier, Kinshasa a l’obligation de  le réviser car jusqu’à  présent les parties prenantes n’arrivent toujours pas à tirer profit de ses ressources minières constituées principalement de plomb, zinc,  cadmium,  diamant, or, étain, tungstène et de  manganèse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here