L’Union Africaine fait fi de Donald Trump et signe avec Huawei

0
M. Philippe Wang, vice-président de Huawei pour la région Afrique du Nord (à gauche) et M. Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l’Union africaine (à droite) lors de la signature du protocole d’accord à Addis-Abeba

En pleine tentative de blocus américain contre Huawei, l’Union Africaine annonce la signature d’un protocole avec le géant chinois. L’objectif principal du protocole d’accord est de renforcer leur partenariat dans les 5 domaines suivants : le haut débit, l’Internet des Objets (IoT), le Cloud Computing, la 5G et l’intelligence artificielle.

Le protocole d’accord offre aux différents départements de l’Union africaine de nouvelles possibilités de partager leur expérience avec Huawei dans le domaine de la gestion et de l’exécution de projets TIC à l’appui du développement des TIC sur le continent africain, notamment la cybersécurité, la cybersanté, l’éducation en ligne et autres applications connexes.

Signé pour une période de trois ans, cet accord s’inscrit dans le prolongement d’un précédent protocole d’accord signé en février 2015. Il vise à établir une collaboration plus étroite et un échange d’informations entre Huawei et l’Union africaine. Les deux parties collaborent également pour trouver des talents locaux afin de les former aux défis numériques futurs de l’écosystème technologique. Cette initiative vise également à accroître les possibilités d’emploi pour les jeunes en leur fournissant des connaissances et des compétences dans le domaine des TIC.

L’Afrique est devenue le deuxième plus grand marché mobile du monde après l’Asie. Deloitte estime que d’ici 2020, 660 millions d’Africains seront équipés d’un smartphone et que le taux de pénétration devrait atteindre 50% d’ici fin 2023 selon le GMSA Intelligence.Ce protocole intervient alors que l’administration Donald Trump a obtenu des géants Google et Facebook le gel de leurs partenariats avec Huawei. L’Union Européenne a de son côté pris une série de mesures destinées à se protéger contre de présumés risques d’espionnage industriel du groupe chinois. En allant à l’encontre des américains, l’Union Africaine semble avoir pris une position claire dans la guerre commerciale entre Pekin et Washington.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here