Côte d’Ivoire: le président du patronat contre la levée des barrières douanières

0
Exif_JPEG_420

La deuxième édition du CEO Talk des alumnis de HEC- Paris s’est tenue le vendredi 3 mai dernier à Abidjan avec comme invité le président du patronat ivoirien Jean Marie Ackah.


Le Digital, l’importance de l’agro-industrie dans l’économie ivoirienne et l’existence de fonds d’investissement pour aider à la création des entreprises étaient entre autres les sujets sur lesquels le patron des patrons ivoiriens, Jean Marie Ackah, invité de la deuxième édition du CEO Talk de l’Ecole de haute études commerciales (HEC) Paris, s’est exprimé le vendredi 3 mai dernier au siège de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), à Abidjan.

A cette tribune d’échanges et de partages d’expériences, Jean Marie Ackah, président directeur général du groupe agro-industriel Société ivoirienne de productions animales (SIPRA), par ailleurs président du patronat ivoirien, a estimé que le gouvernement gagnerait à maintenir les barrières douanières sur l’importation de la volaille parce que l’agro-industrie est un secteur stratégique du fait de la population qui s’urbanise très vite et ” en Côte d’Ivoire, le poulet est la protéine animale la plus accessible”.

Par conséquent, avec la démographie ivoirienne qui est à la fois grandissante et jeune, le secteur agro-industriel surtout l’agro-alimentaire bénéficie d’un vaste marché de consommateurs aux caractéristiques alimentaires qui évoluent. La demande dans ce secteur est croissante et représente une opportunité pour le développement du secteur et pour celui de toute l’économie. De ce fait ” nous avons un enjeu d’amélioration de la qualité”, a -t-il déclaré tout en plaidant pour que le Gouvernement ne lève pas les barrières douanières afin de ne pas pas livrer le poulet ivoirien à la concurrence déloyale des produits importés d’Asie.

Pour ce qui est de la digitalisation du secteur, le président du patronat ivoirien a reconnu qu’il est temps que l’agro industrie se modernise. ” Au niveau du digital, nous sommes en retard parce que nous abordons cela avec un regard de paysan et c’est une faiblesse que nous cherchons à corriger. nous devons nous ouvrir davantage au digital et c’est un chapitre sur lequel nous allons progresser. Il y a par exemple des informations que nous pouvons partager avec les paysans par le biais de la téléphonie mobile”, a-t-il reconnu tout en annonçant être à la recherche de compétences dans le secteur du digital au sein de la jeune génération. L’autre sujet qui focalisé l’attention des participants à ce CEO Talk concerne le parcours de Jean Marie Ackah qui est passé du statut de salarié à celui de propriétaire du groupe SIPRA, spécialisé dans la production d’aliments pour animaux, la production de volailles, de farine et dans la restauration rapide. Le patron des patrons ivoiriens dit avoir osé franchir le pas avec le soutien d’un fonds d’investissement dans les années 90. ” Il y a des fonds d’investissements qui existent pour aider à la création d’entreprise. Il suffit juste d’avoir un bon business plan”, a-t-il lancé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here