Assises de l’entreprise: le Sénégal en mode “fast-track”

0

L’édition 2019 des assises  de l’entreprises sénégalaises, s’est ouverte, mardi 16 avril à Dakar, avec comme leitmotiv l’incitation du secteur privé, particulièrement  de l’industrie, à accélérer le rythme de croissance (croissance soutenue et inclusive). Une préoccupation conforme aux objectifs de la deuxième  phase du Plan Sénégal Émergent (PSE), qui mise sur 2 850 milliards de F CFA.

Pendant  deux jours (du 16 au 17 avril), experts, entrepreneurs, industriels…  vont  échanger à travers des séries de panels sur les enjeux, défis et perspectives des entreprises et  des  industries du Sénégal.

L’objectif  principal de ses assises  est d’inciter le secteur privé à s’impliquer davantage dans la réalisation des missions notamment en termes de  création d’emploi, d’investissement  et de réformes  nécessaires.

À l’heure de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), les acteurs industriels, regroupés sous  le syndicat professionnel des industries du Sénégal (SPIS), sont plus que déterminés à être en phase avec  les exigences de ce marché commun, riche de 1,2 milliard de consommateurs.

Ils entendent mettre en place un dispositif (mécanismes, stratégies, initiatives  …) pour  tirer profit des avantages comparatifs  de cette zone de libre-échange.

Pour  le premier ministre sénégalais, Mahammed Boun Abdallah Dionne,le secteur privé doit impérativement   faire une mise à niveau pour saisir les opportunités de la  ZLECAF, qui entre en vigueur le mois de juillet prochain. «Le Sénégal qui prévoit  une croissance moyenne de 9 % d’ici  5 ans  a l’obligation de s’adapter  aux nouvelles règles du jeu dans cette  zone de libre-échange», souligne le premier ministre. La ZLECAF va entamer bientôt sa deuxième phase de négociations, portant  sur l’investissement, la concurrence et la propriété privée, précise -t-il.

Le Directeur Général de l’Agence de Développement et d’Encadrement des Petites et Moyennes Entreprises (ADEPME), Idrissa Diabira, est  convaincu que l’accord panafricain permettra aux entreprises et industries sénégalaises de se mettre à niveau et de renforcer leur compétitivité.

Le directeur  a en outre recommandé aux industries sénégalaises d’adopter une stratégie à l’export  efficace  afin de mieux profiter des avantages de la ZLECAF  où les 22 pays sur les 44 ont déjà ratifié cet accord.

Selon les   statistiques de l’Office nationale des statistiques (ONS), il y a  près de 100 entreprises  membres  de l’UNION des prestataires, des industriels et des commerçants du Sénégal (UPIC).

Elles sont réparties  dans  9 domaines d’activités économiques et comptent un chiffre d’affaires de 1500 milliards de FCFA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here