Koukoutamba: plus qu’un barrage, un montage financier innovant

0
Le Haut-commissaire de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Sénégal M. Hamed Diane Séméga, signant le contrat commercial avec la société chinoise Sinohydro corporated, sous le regard attentif du président Alpha Condé (en arrière plan).

Un projet de 812 millions de dollars.

Longtemps attendu, le barrage de Koukoutamba est en voie de concrétisation. La signature du contrat commercial, le 26 février 2019, entre l’Organisation de la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) et la chinoise Sinohydro s’est faite en présence du président Alpha Condé de la Guinée. Etait également présent, Cheik Taliby Sylla, Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique de la République de Guinée, Président en exercice du Conseil des ministres de l’OMVS.

L’aménagement hydroélectrique de Koukoutamba est prévu en territoire guinéen sur le Bafing, principal affluent du fleuve Sénégal, à environ 570 km au nord-est de la capitale Conakry. Il se compose principalement du barrage, de lignes HT de transport d’énergie, d’une route d’accès de 150 Km et de la cité du Maître de l’ouvrage.

L’aménagement hydroélectrique de Koukoutamba est prévu en territoire guinéen sur le Bafing, principal affluent du fleuve Sénégal, à environ 570 km au nord-est de la capitale Conakry. Il se compose principalement du barrage, de lignes HT de transport d’énergie, d’une route d’accès de 150 Km et de la cité du Maître de l’ouvrage.

L’ouvrage participera également à la régularisation des débits du fleuve Sénégal, au profit des activités liées à l’agriculture, la navigation, la fourniture d’eau potable, la pêche et la préservation des écosystèmes du bassin.    

Un financement innovant 

Le Coût du projet est estimé à 812 millions USD. Le mode de financement retenu est l’Engineering Procurement Construction (EPCF), c’est-à-dire construction clé en mains, avec apport de financement. C’est le premier projet de l’Omvs conçu selon ce mode de fiancement. Le délai prévisionnel de réalisation des travaux est de 4 ans.

Trois (3) autres aménagements hydroélectriques sont programmés à moyen terme par l’OMVS sur le territoire guinéen, ainsi qu’une vingtaine de sites de microcentrales destinés à l’électrification rurale.

La réalisation du programme d’infrastructures de l’OMVS rendra disponible 67% de la puissance hydroélectrique totale du bassin, estimée à 2.000 MW. Elle va générer une économie annuelle d’environ 240 milliards de francs Cfa sur les factures d’importation pétrolière des Etats membres.

Pour rappel, l’OMVS participe activement à l’approvisionnement des Etats membres en énergie en vendant de l’électricité aux différentes sociétés nationales en charge de l’électricité. En l’état actuel, 260 MW sont produits par les centrales de Manantali et de Félou et acheminés par le Réseau Interconnecté de Manantali (RIMA).

A propos de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal

Créée en mars 1972, l’OMVS est un organisme inter-Etats regroupant le Sénégal, la Mauritanie, la Guinée et le Mali. Sa vocation est de favoriser un développement intégré et coordonné du bassin du fleuve Sénégal, fondé sur la maîtrise et l’exploitation rationnelle des ressources en eau. Cette ambition des Etats est cimentée par des idéaux de solidarité, de partage, d’équité et de culture de la paix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here