Mohammed VI du Maroc à l’Algérie: “Dieu m’est témoin…”

0
Le Roi Mohammed VI ici au centre, entouré du prince héritier du Maroc Moulay El Hassan (à gauche) et du Prince Moulay Rachid à droite.

Le Maroc tend de nouveau la main à l’Algérie pour l’ouverture d’une frontière fermée depuis  1994. Dans son discours lu le 6 novembre à l’occasion du 43 ème anniversaire e la Marche Verte*, le Roi Mohammed VI tend la main au grand voisin de l’Est et s’insurge contre l’état de division et de  discorde qui sévit au Maghreb, en “opposition flagrante avec ce qui unit nos peuples”.

‘‘Dieu m’est témoin que depuis Mon Accession au Trône, J’ai appelé avec sincérité et bonne foi à l’ouverture des frontières entre les deux pays, à la normalisation des relations maroco-algériennes. C’est, donc, en toute clarté et en toute responsabilité que Je déclare aujourd’hui la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations. A cet effet, Je propose à nos frères en Algérie la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation.

Le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature sont à convenir d’un commun accord. Le Maroc est ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie pour désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays voisins frères. En vertu de son mandat, ce mécanisme devra s’engager à examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions, selon un agenda ouvert. Il pourra constituer le cadre pratique d’une coopération, centrée sur les différentes questions bilatérales, notamment celle qui a trait à la valorisation des opportunités et des potentiels de développement que recèle la région du Maghreb. Son rôle sera aussi de contribuer au renforcement de la concertation et de la coordination bilatérales pour permettre de relever efficacement les défis régionaux et internationaux, notamment ceux qui sont liés à la lutte anti-terroriste et à la problématique migratoire’

Dans son allocution, le souverain marocain rappelle la grande époque de la conférence de Tanger de 1958 et l’appui du Maroc à la révolution algérienne.  La rivalité entre les deux pays ne tardera pas à éclater dès l’indépendance de l’Algérie en 1962 avec, d’abord la guerre des sables de 1963 puis la guerre du Sahara qui a éclaté en 1975 entre le Maroc et le Front Polisaro soutenu par Alger. Ce conflit majeur a débouché sur un cessez le feu en 1991 et l’envoi d’une force onusienne d’interposition (la Minurso). Parallèlement, l’ONU a initié plusieurs processus de résolution pacifique sous l’égide des grandes puissances (Etats-Unis, France et Espagne  ).      Les prochains pourparlers, sous forme de table ronde, sont prévus le 13 décembre à Genève.


*Marche pacifique des centaines de milliers de marocains intervenue le 6 novembre 1975 pour la récupération du Sahara marocain encore occupé par l’Espagne de Franco.  Il s’agit d’une des grandes dates du régne de feu Hassan II.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici