La  Confédération patronale  gabonaise voudrait donner le ton aux échanges entre entreprises

0
 En prélude à  la tenue courant  octobre à Istanbul, en Turquie,  du  Forum Turquie-Afrique, la  Confédération  patronale  gabonaise (CPG) envisage de  dynamiser les  échanges  entre les entreprises. C’est la mission que se donne le président de  la  CPG, Alain Bâ Oumar, qui a reçu en audience à Libreville, l’ambassadeur de  Turquie au Gabon, SE. Suphan Erkula.
 
Le  patronat  turc et  la  CPG avaient signé,  il  y a  quelques années,  un accord dont  l’objectif est de  mettre en  relation les  hommes  d’affaires des  deux  organisations patronales afin de  promouvoir les  échanges.
 
Favorable pour  identifier des  hommes d’affaires  gabonais en  mesure de  créer des  partenariats avec des entreprises  turques, M. Bâ  Oumar, à la tête du  patronat  gabonais depuis   le  24  février  2017,  considère  qu’il  faille créer de  nouvelles ouvertures lors du Forum  d’Istanbul,  car,  considère-t-il,  « les investisseurs choisissent des environnements économiques sains. Avant d’investir, les regards se portent vers la qualité de notre système judiciaire. Et la CPG mesure cette qualité sur la base de trois critères : la sérénité, la qualité des décisions et leur applicabilité».
 
 
Créé le 4 septembre 1959, sous l’appellation d’Union Interprofessionnelle du Gabon (UNIGABON) le patronat gabonais a connu plusieurs évolutions avec le souci constant de s’adapter à son environnement. En  1978, UNIGABON devenait la Confédération Patronale Gabonaise (CPG), appellation reflétant mieux le caractère patronal de l’organisation d’une part, sa composition multi syndicale d’autre part.
 
Au-delà de sa position de quasi-monopole, la CPG doit son statut autant à une longue histoire qu’à son implication grandissante auprès des décideurs et des partenaires sociaux et à une crédibilité reconnue par toutes les instances nationales et internationales entretenant des rapports avec les entreprises.
 
Sur  le plan  national, la Confédération patronale gabonaise  se  donne  pour rôle d’inciter les pouvoirs publics à bâtir un environnement économique et social favorable à l’éclosion et au développement des entreprises gabonaises. La CPG  compte aujourd’hui un peu  plus de 250 entreprises affiliées, réparties dans 22 branches d’activités, dont  les assurances,  et 16 syndicats,  rappelle-t-on.
Par Antoine Lawson

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here