Hervé Boyer, le PDG de Stanbic Bank en Côte d’Ivoire, est confiant quant au potentiel de la zone UEMOA.

Dans l’histoire de la croissance d’Africa Rising, La Côte d’Ivoire jouait en Afrique de l’Ouest francophone un rôle de soutien plutôt que celui d’acteur principal. La nation côtière de 24 millions d’habitants sort désormais de l’ombre pour attirer l’attention d’investisseurs étrangers à la recherche de solides fondamentaux économiques et d’une trajectoire de croissance positive dans un marché largement inexploité.

Dans le cadre de sa démarche visant à établir sa présence dans la région d’Afrique de l’Ouest francophone, la plus grande banque d’Afrique, Standard Bank, a ouvert une licence bancaire à part entière à Abidjan, en Côte d’Ivoire, qui se concentrera sur les besoins des clients des Banques de Financement et d’Investissement.

 

 

L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont la Côte d’Ivoire est membre, offre également à Standard Bank des avantages commerciaux importants découlant de sa devise unique rattachée à l’euro, de sa banque centrale et de son marché boursier communs, ainsi que de ses structures légales commerciales harmonisées.

 

 

 

Le PDG de Stanbic Bank en Côte d’Ivoire, Hervé Boyer, a déclaré : « Nous avons hâte de collaborer avec nos clients en Côte d’Ivoire. Le secteur dynamique des services financiers et l’industrie bancaire compétitive de la Côte d’Ivoire constituent un excellent tremplin pour le développement des services de Standard Bank. Nous nous réjouissons de contribuer au développement économique du pays. »

De par sa forte croissance économique ces dernières années, la Côte d’Ivoire se place résolument parmi les pays les plus performants de la région d’Afrique de l’Ouest, mais aussi du continent. Selon le rapport de janvier 2018 intitulé «Les Marchés Africains Révélés de Standard Bank», l’économie du pays a augmenté de 7 % sur un an en 2017 et les prévisions font état d’un rythme de croissance similaire ces deux prochaines années.

L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont la Côte d’Ivoire est membre, offre également à Standard Bank des avantages commerciaux importants découlant de sa devise unique rattachée à l’euro, de sa banque centrale et de son marché boursier communs, ainsi que de ses structures légales commerciales harmonisées. Ce pays représente un centre idéal pour la région, qui comprend également le Bénin, le Burkina-Faso, la GuinéeBissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Sola David-Borha, Directrice Générale de Standard Bank pour les Régions d’Afrique, estime que la présence opérationnelle en Côte d’Ivoire soutient la stratégie de Standard Bank visant à être le principal organisme de services financiers en Afrique, et, ajoute-t-elle,  “renforce notre désir d’élargir et de marquer notre empreinte sur le continent”.

L’objectif de Standard Bank est d’encourager la croissance de ses clients et, ce faisant, de stimuler une croissance économique inclusive dans toute la région. À terme, cela favorisera une croissance durable et créatrice d’emplois, mais aussi une création de richesses et une intégration accrue des marchés africains dans l’économie mondiale».

Le climat d’investissement du pays est arrivé à maturité ces dernières années, grâce au gouvernement qui s’engage à mettre en œuvre des réformes structurelles contribuant à l’amélioration de l’environnement macroéconomique et à la préparation d’une croissance durable.

De façon encourageante, sur la base de ses résultats en 2017, la Côte d’Ivoire semble prête à attirer davantage d’investissements privés, ce qui devrait dynamiser la croissance économique et avec un peu de chance, le développement. Alors que la légère hausse de l’investissement du secteur privé est susceptible d’affecter la balance des paiements de la Côte d’Ivoire par le biais d’une augmentation des importations liées aux projets sur le moyen terme, elle devrait être financée par des afflux de capitaux sains provenant d’investisseurs du secteur privé.

Les facteurs clés de la croissance économique bien diversifiée du pays sont les initiatives menées par l’investissement public dans les domaines de l’énergie et de l’infrastructure, combinées à des partenariats public-privé réussis, aux ressources naturelles (pétrole, gaz et minerais), à l’agriculture, aux télécommunications et au marché de consommation du pays – tous liés aux secteurs d’activité clés de Standard Bank.

La contribution de l’activité africaine de Standard Bank au chiffre d’affaires global du Groupe a triplé – de 10 milliards ZAR en 2010 à plus de 26 milliards ZAR en 2017. Standard Bank a joué un rôle majeur dans le développement de l’infrastructure sur le continent, en facilitant l’accès au capital global pour ses clients, en développant les marchés de capitaux domestiques et régionaux, et en dynamisant la croissance.

Ces dernières années, alors qu’un nombre croissant d’entreprises étendent leurs opérations en Afrique de l’Ouest, la demande en services bancaires de financement et d’investissement augmente, de sorte que les services financiers et le secteur bancaire ont évolué en une industrie dynamique et compétitive. Ceux qui possèdent une expérience de terrain et des capacités de recherche poussées ont aidé les investisseurs en leur offrant une compréhension approfondie de la dynamique de marché en Afrique, afin de les aider à se repérer dans cet environnement financier et réglementaire complexe.

Il reste évidemment des défis à relever dans l’environnement d’investissement de cette jeune démocratie, mais l’analyse de Standard Bank suggère que les investisseurs peuvent se rassurer de constater que les institutions politiques se renforcent et que les Ivoiriens ont à cœur de protéger cette démocratie durement acquise.

Il semble que les autorités reconnaissent l’importance de processus politiques transparents et participatifs dans le maintien d’environnements macro stables et axés sur le marché – le FMI est satisfait des progrès effectués à ce jour dans le cadre des deux programmes, ayant distribué 136,5 millions USD après sa seconde révision de son programme au mois de décembre de l’année dernière.

Comme le suggère la recherche de Standard Bank, le contexte mondial de la croissance économique africaine reste positif. La dynamique haussière de la croissance économique mondiale devrait perdurer, créant un environnement propice aux prix des produits de base. De plus, le rétablissement des prix des produits de base et les mesures politiques audacieuses prises dans des pays tels que la Côte d’Ivoire entraîneront un regain d’intérêt des investisseurs du secteur privé. Cet investissement alimentera les forts taux de croissance observés dans le pays ces dernières années, relancera le développement et permettra à la Côte d’Ivoire de prendre sa place légitime d’acteur de premier plan dans l’histoire de la croissance africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here