Maroc: pas de dévaluation du dirham en vue

0
« Nous sommes loin d’une inflation de 30% observée ailleurs dans le monde", souligne Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib.

« La réforme du régime de change n’a pas été imposée ni par les instances financières internationales, ni par une crise de change… », estime  Abdellatif Jouahri.

Le gouverneur de la banque centrale marocaine, Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri, s’exprimait en marge d’une conférence de presse tenue conjointement le 18 janvier avec le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid.

L’occasion de réfuter les estimations de JP Morgan selon lesquelles l’elargissement de la bande de fluctuation du dirham allait engendrer une dépréciation de 7% du dirham durant les douze prochains mois.  «JP Morgan n’est pas le Christ. Sa parole n’est pas une parole d’évangile. Pour nous, le dirham ne sera pas déprécié», a notamment déclaré M. Jouahri, réfutant par la même occasion la thèse d’une réforme dictée par le FMI.

 

 

Pour le patron de la banque centrale, il s’agit là d’une décision souveraine émanant de la volonté des autorités et préparée de manière coordonnée entre le Gouvernement, représenté par le Ministère de l’Economie et des Finances, et  Bank Al-Maghrib.

A noter que l’autorité bancaire affirme avoir pris le temps nécessaire pour réaliser les étude, les analyses et les benchmark relatifs à la réforme ainsi que ses impacts sur l’économie et le pouvoir d’achat et ce avec le Ministère de l’Economie et des finances.

« Ce n’est que lorsque nous avons estimé que les prérequis étaient satisfaits que nous avons engagé la préparation pour l’adoption du nouveau régime de change » a fait remarquer M. Jouahri. « Nous sommes loin d’une inflation de 30% observée ailleurs dans le monde”, a souligné Abdellatif Jouahri.

Le Maroc a lancé cette semaine un système de change plus flexible, dans le cadre des réformes du marché libre pour protéger l’économie contre les chocs extérieurs et sauvegarder ses réserves de changes.

La mesure est entré en vigueur lundi 15 janvier dernier, avec un régime de change où la parité du dirham est déterminée à l’intérieur d’une bande de fluctuation de ±2,5%, au lieu de ±0,3%, par rapport à un cours central fixé par Bank Al-Maghrib.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here