Côte d’Ivoire : GIM-UEMOA célèbre ses 15 ans au service de la monétique dans la zone FCFA

0

Abidjan accueille ce 1er décembre la célébration des 15 ans du GIM-UEMOA autour du thème : « GIM-UEMOA, un modèle d’intégration réussi, 15 ans au service de la monétique interbancaire régionale ».

La rencontre qui se veut un court arrêt pour avoir un regard rétrospectif sur le parcours va surtout permettre de mener la réflexion afin de tracer les sillons de l’avenir dans un secteur en mutation constante.

L’aventure de la monétique de la zone monétaire Franc CFA en Afrique de l’ouest, lancée en septembre 2002 à Abidjan, a bien fait du chemin une fois passés les moments d’hésitations des premières années. De 48 banques en 2003, ce sont aujourd’hui 125 banques et institutions financières des 8 pays de l’UEMOA qui ont intégré le réseau, et plus de 5 millions de cartes GIM-UEMOA qui sont utilisés dans les transactions monétiques à travers 9 000 points de service, a relevé Blaise Ahouantchede, directeur général de GIM-UEMOA. Des chiffres qui ont été jugés encourageants : « pour la banque centrale, ce premier bilan est satisfaisant » a déclaré Tiemoko Koné, gouverneur de la BCEAO à la cérémonie d’ouverture.

En 15 ans, le secteur de la monétique a bien connu un développement rapide et enregistré l’arrivée de nouveaux acteurs, bancaires et non bancaires, intervenant notamment dans le transfert rapide d’argent, le mobile money ou encore le commerce électronique avec la vulgarisation de l’internet.

Les assises d’Abidjan devrons donc jeter les bases d’une intégration réussie de ces nouveaux arrivants, mais également se pencher sur l’avenir du secteur vu au niveau international et les perspectives que présente le marché régional. L’Internet des objets, l’apparition des cartes virtuelles, le renforcement de l’interopérationnalité des cartes GIM-UEMOA, l’intégration des autres marchés monétaires ouest africains voir africains, etc., sont autant de défis abordés par les participants de l’évènement autour de 6 sous-thèmes.

Abidjan va ouvrir de nouveaux chantiers de sorte à éviter « le creusement de nouveaux retards », selon les termes de Abdoul Mbaye, premier président du GIM-UEMOA, afin d’être bien à la hauteur des enjeux mondiaux de la monétique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here