L’indice Mo Ibrahim 2017 note des progrès mais…

0

La trajectoire de la Gouvernance globale reste positive sur le long terme (2007-2016) au niveau du continent africain, selon l’indice Ibrahim de la Gouvernance en Afrique (IIAG) de 2017, publié,  lundi 20 novembre 2017, par la Fondation du même nom.

Un communiqué rendu public à cet effet,  souligne  que le progrès généralement enregistré sur dix ans se ralentit au cours de la seconde partie de la décennie. « Plusieurs pays ne parviennent pas à soutenir leur progression, ou à inverser leur détérioration. Des signaux d’alerte apparaissent également dans certains secteurs-clé pour l’avenir du continent », explique la fondation dans le document.

Notons que cette onzième édition de l’IIAG examine plus particulièrement dans quelle mesure les trajectoires observées au cours des cinq dernières années (2012-2016), tant au niveau des pays que des indicateurs, confirment ou infirment les tendances structurelles de la décennie.

Ainsi, sur les dix années écoulées, 40 pays affichent une progression conséquente en termes de Gouvernance globale. Dans la seconde moitié de la décennie, 18 d’entre eux, correspondant au total à 58 % de la population du continent, notamment la Côte d’Ivoire, le Togo, le Maroc, la Namibie, le Nigeria et le Sénégal, réussissent même à accélérer le rythme, permettant ainsi au continent d’atteindre en 2016 son meilleur score depuis 2000 (50,8 sur 100).

Toutefois, sur les cinq dernières années, au niveau du continent, le rythme annuel moyen d’amélioration de la Gouvernance globale ralentit. Sur ces 40 pays, plus de la moitié (22) ralentissent le rythme, comme le Rwanda et l’Ethiopie, voire même basculent vers le déclin, comme Maurice, le Cameroun, Djibouti, le Congo ou l’Angola, sur la seconde partie de la décennie.

En outre, pour 8 des 12 pays dont le niveau de Gouvernance globale se détériore sur la décennie, la situation empire en seconde moitié de la décennie, notamment, outre la Libye ou la RCA, le Ghana, le Mozambique ou la Mauritanie.

Mo Ibrahim, fondateur et président de la Fondation Mo Ibrahim, a déclaré  que  « l’Indice 2017 montre  que la gouvernance globale continue de progresser sur le continent africain. C’est une bonne nouvelle. Néanmoins, le ralentissement, voire parfois le recul, dans de nombreux pays, et dans certains domaines clés de gouvernance, appelle une vigilance renforcée et la poursuite de nos efforts. Sinon, nous pourrions voir s’évanouir les progrès obtenus jusqu’ici. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here