Guinée : Mahmoud Thiam, la saga d’un banquier de Wall Street piégé par l’argent chinois

0

Le ministère américain  de la Justice  a annoncé le 25 août la condamnation à sept ans de prison d’un ancien banquier de Wall Street et ancien ministre de son pays. La sentence de la justice a résonné fort   dans la prestigieuse Madison Avenue de  New York où l’ancien ministre avait pignon sur rue dans ses prestigieux  locaux  THIAM & CO.

[private]Aujourd’hui âgé de 50 ans, Mahmoud Thiam a occupé le portefeuille des Mines et de la Géologie de Guinée entre 2009 et 2010 lors de la transition militaire de Dadis Camara puis de Sékouba Konaté. Selon la justice américaine, il avait alors monnayé son influence au sein du gouvernement guinéen pour accorder des droits d’exploitation miniers à des opérateurs chinois. 

Dans le cadre de ses fonctions, il aurait touché 8,5 millions de dollars (7,17 millions d’euros) de la part de deux conglomérats chinois, China Sonangol et China International Fund.

Grâce à lui, ces derniers décrochent des droits d’exploitation miniers très lucratifs. L’argent est transféré à Hong Kong puis aux Etats-Unis sur un compte de l’ancien ministre qui a menti sur ses fonctions officielles et l’origine des fonds. Reconnu  coupable d’avoir reçu et blanchi des pots de vins, l’ex ministre aurait-il vu son cas aggravé par son Passeport américain.  Les citoyens de la bannière étoilée sont en effet soumis  soumis aux lois FCPA contre la corruption. La sentence confirmée vendredi met-elle fin définitivement à une affaire qui dure depuis 2011, date des premières enquêtes diligentées vraisemblablement depuis Conakry?

« Le jugement d’aujourd’hui montre que lorsqu’on envoie à New York de l’argent obtenu de crimes, que cela soit du trafic de drogue, de l’évasion fiscale ou de la corruption, on s’expose à une longue peine de prison », a souligné le procureur fédéral de Manhattan Joon Kim, cité dans un communiqué. [/private]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here